AHRIMAN.FR

SCIENCE - NEO-EVHEMERISME - DONJONSDRAGONS

Le chevalier noir

Ecris par :
Mis en ligne le :
Lu :
56 fois
Twitter Facebook Google Plus Linkedin email

Le Chevalier noir (Black Knight satellite) est un satellite artificiel hypothétique qui, d'après des ufologues et des adeptes de théorie du complot, serait un objet d'origine extraterrestre âgé d'environ 13 000 ans et en orbite quasi-polaire autour de la Terre. Celui-ci emmetrait des signauxx radios régulièrement. Les orbites polaires sont souvent utilisées pour cartographier la Terre, l’observation terrestre, prendre des photos de la Terre et pour des satellites de reconnaissances. Cela placerait le Chevalier Noir dans la catégorie des Satellite observateur.

HISTOIRE

L'histoire du Chevalier noir remonte jusqu'en 1954 alors que plusieurs journaux, dont le St. Louis Post-Dispatch et The San Francisco Examiner, rapportent le témoignage de Donald Keyhoe, un militaire à la retraite et chasseur d'OVNI. Keyhoe aurait affirmé que l'US Air Force avait déclaré avoir détecté deux satellites en orbite terrestre alors qu'à l'époque, personne n'avait la technologie pour lancer un satellite.

En 1957, le Dr. Luis Corralos du Ministère des Communications du Venezuela l’a photographié alors qu’il prenait des photos de Spoutnik II alors qu’il passait au dessus de Caracas. L’étrange objet n’était en rien similaire au premier ou deuxième Spoutnik, Le Satellite du Chevalier Noir orbitait la Terre d’Est en Ouest. Spoutnik I et II orbitaient d’Ouest en Est en utilisant la rotation naturelle de la Terre afin de maintenir leur orbite.

En février 1960, un autre témoignage affirme que l'US Navy a détecté un objet sombre sur une orbite inclinée de 79° par rapport à l'équateur et ayant une période de 104,5 minutes. À l'époque, la Navy suivait la trajectoire d'un fragment de l'enveloppe de lancement du satellite Discoverer VIII, situé sur une orbite similaire.

RUMEURS

Les Etats-Unis et l’Union Soviétique auraient démontré un intérêt particulier pour cet « objet spatial non-identifié ». Depuis sa découverte, ce satellite a intéressé des pays comme la Suède et les passionnés de par le monde. L’un d’entre eux est un opérateur radio qui apparemment a décodé une série de signaux reçus du satellite OVNI et les a interprété en tant que plan stellaire concentré sur le système solaire d’Epsilon Bootis.

Les rumeurs disent que c’était Nicolas Tesla qui a été le premier à avoir « intercepté » un signal de ce satellite d’un autre monde en 1899 après la construction d’un dispositif radio à haute tension dans le Colorado. Après la découverte de Tesla, 30 à 50 ans plus tard le signal a été intercepté plus fréquemment jusqu’à ce qu’il ne soit apparemment « décodé ». A partir des années 1930 les astronomes du monde entier ont rapporté d’étranges signaux radios qui prétendument proviennent du « Chevalier Noir ».Des expériences en 1928 à Oslow en Norvège auraient capturé les mêmes signaux.

En 1960, les astronomes et scientifiques ont calculé le poids de l’objet, il ferait 10 tonnes, ce qui aurait été à cette période le satellite artificiel le plus lourd en orbite autour de notre Planète. L’orbite du Chevalier Noir n’était pas comme celle des autres objets en orbite autour de la Terre, car il se déplaçait deux fois plus vite comparé aux vaisseaux fabriqués par l’homme.

En 1963, Gordon Cooper a été envoyé dans l’espace. Sur son orbite finale, il a rapporté avoir vu un objet vert brillant en face de sa capsule au loin se déplaçant dans sa direction. La station de suivi de Muchea, en Australie, que Cooper avait contactée pour rapporter la présence de l’objet, a récupéré l’objet non-identifié sur son radar voyageant d’Est en Ouest. NBC a rapporté cela mais après le retour de Cooper sur Terre, le journaliste n’a pas été autorisé à demander à Cooper son avis sur l’objet non-identifié. L’explication officielle donnée aux observations de Cooper était « un très haut niveau de dioxyde de Carbone qui causa des hallucinations. »

Le chevalier noir est-il d'origine extra-terrestre? Si oui dans quel but a t-il était placé ici?

Images

Bibliographie