AHRIMAN.FR

SCIENCE - NEO-EVHEMERISME - DONJONSDRAGONS

La grande pyramide de GIZEH : une étonnante machine ?

Ecris par :
Mis en ligne le :
Lu :
1643 fois
Twitter Facebook Google Plus Linkedin email

La grande pyramide est une merveille d'architecture antique, mais celle-ci n'a jamais servi de tombeaux, on y a jamais retrouvé de sarcophage ou de momie et la pyramide ne renfermait aucun trésor. Alors à quoi pouvait-elle bien servir et pourquoi une telle précision dans sa construction ? C'est le problème sur lequel s'est penché l'ingénieur Christopher Dunn. Mais commençons par une présentation classique de la pyramide telle que l'on nous la décrit dans les manuels d'histoire.

LA GRANDE PYRAMIDE DE GIZEH

La grande pyramide de Gizeh
La grande pyramide de Gizeh

La pyramide de Khéops ou grande pyramide de Gizeh est un monument construit par les Égyptiens de l'Antiquité, formant une pyramide à base carrée de 230 m de côté et 137 m de hauteur. Tombeau présumé du pharaon Khéops, elle fut édifiée il y a plus de 4 500 ans, sous la IVème dynastie, au centre du complexe funéraire de Khéops se situant à Gizeh en Égypte.Si elle est la seule des sept merveilles du monde de l'Antiquité à avoir survécu jusqu'à nos jours, elle est également la plus ancienne. Durant des millénaires, elle fut la construction humaine de tous les records : la plus haute, la plus volumineuse et la plus massive. Ce monument phare de l'Égypte antique est depuis plus de 4 500 ans scruté et étudié sans relâche.

La grande pyramide, chef-d'œuvre de l'Ancien Empire égyptien, est la concentration et l'aboutissement de toutes les techniques architecturales mises au point depuis la création de l'architecture monumentale en pierre de taille par Imhotep pour la pyramide de son souverain Djéser, à Saqqarah. Toutefois, les nombreuses particularités architectoniques et les exploits atteints pour sa construction en font une pyramide à part qui ne cesse de questionner l'humanité.

La pyramide est orientée sur le 4 points cardinaux, l'écart n'étant que de 3 minutes et 6 secondes de degrés. Chaque bloc de pierre calcaire pèse environ 2,5 tonnes pour une masse totale d'environ 5000000 de tonnes.La précision lors de la construction est extraordinaire. L'erreur pour obtenir un carré parfait n'est en moyenne que de 20 cm sur chaque côtés pour un monument mesurant plus de 230m de côté et de 0° 3' 6'' sur les angles droits. La base de la pyramide est horizontale à 21mm près.

L'entrée de la pyramide, située sur la face nord de la pyramide à une hauteur de 15,63 mètres, est surplombée par un système de décharge avec voûtes et linteaux monolithiques. Sa fonction est de protéger le couloir descendant de la masse située au-dessus. Cependant les dimensions de cette voûte semblent disproportionnées quand on considère les charges relativement faibles en cet endroit.Cette entrée aurait été fermée au moyen d'une pierre mobile, ce qui confirmerait les indications de l'auteur antique Strabon. Ce type de dispositif de fermeture était déjà connu à Dahchour.

On accède aujourd'hui aux infrastructures intérieures par la percée qu'effectua le corps expéditionnaire du calife Al-Mamoun, en 820, dans l'espoir d'y trouver un trésor. Le revêtement lisse de la pyramide était encore en place à cette époque et masquait le dispositif de fermeture antique, et les membres de l'expédition cherchèrent longtemps avant de trouver un endroit où la pierre sonnait creux. L'ouverture fut creusée quelques mètres sous la véritable entrée et débouche sur le couloir ascendant, juste derrière les blocs bouchant le passage. Les salles arbitrairement dénommées « chambre du roi » et « chambre de la reine » furent trouvées vides de tout trésor, et le coffre en granit ne renfermait ni sarcophage ni momie, selon le récit de l'expédition de 820.

Le couloir descendant, incliné de 26°26'46" et long de 105 mètres, aboutit à un couloir horizontal long de 8,90 mètres menant à la chambre souterraine. Cette dernière, ainsi qu'une grande partie de la descenderie, a été creusée dans la roche naturelle et demeure inachevée. Dans le mur sud fut ébauché un corridor de seize mètres de long ne débouchant sur rien. Un décaissement fut pratiqué dans le sol de la chambre. Les ingénieurs John Shae Perring et Howard Vyse y pratiquèrent en 1837, un puits profond de11,60 mètres ; lequel, espérèrent-ils, les conduirait jusqu'à la chambre sépulcrale. Leurs pensées étaient alors inspirées par le voyageur grec Hérodote selon qui le corps de Khéops reposait sur une île, entourée d'un canal et située en dessous de l'actuelle chambre souterraine. Leurs recherches ne menèrent à rien.L'aspect inachevé de la chambre souterraine semble prouver qu'elle constitue un premier projet abandonné, l'architecte ayant opté ensuite pour un aménagement dans la maçonnerie de la pyramide.

La percée d'Al-Mamoun mène le visiteur directement dans le couloir ascendant. Ce dernier fut aménagé par l'architecte de la grande pyramide dans l'appareillage de pierre existant, en perçant le plafond de la descenderie à 25 mètres de l'entrée. Ce couloir est constitué de pierres placées en lits horizontaux sur plusieurs mètres. Il se prolonge ensuite avec une maçonnerie appareillée jusqu'à son extrémité. Trois blocs ceintures sont placés à intervalles réguliers dont leur destination était très probablement d'accueillir des herses de fermeture. Or, cette option a dû être rejetée pendant la construction, l'architecte ayant opté pour la mise en place de trois blocs bouchons de granite, blocs demeurant toujours aujourd'hui en bas du couloir ascendant.

L'embranchement a la particularité d'offrir un accès à chaque niveau de la pyramide : tout d'abord à la descenderie, par un boyau reliant le bas de la grande galerie à la grotte et creusé à même la maçonnerie par les constructeurs, ensuite à la chambre de la reine, par un couloir horizontal, et enfin à la chambre du roi, en empruntant la grande galerie.Un boyau, reliant le bas de la descenderie au niveau du rocher naturel à un endroit appelé la « grotte », fut creusé par les constructeurs. Il permettait l'évacuation des débris produits par les travaux dans la chambre souterraine. Ce puits fut rendu inopérant dès la pose des premières assises de pierres mais remis en fonction et accessible depuis l'embranchement lorsque la construction était presque terminée.

Le couloir menant à la chambre de la reine est appareillé dans une maçonnerie de belles pierres calcaires. Des particularités figurent sur ses murs tels que des faux joints et des joints anormalement croisés. Il y eut de nombreuses tentatives d'investigation (forages, mesures microgravimétriques) afin de déceler des couloirs secrets mais celles-ci furent sans succès.

On accède à la "chambre de la reine" (qui, en réalité, n'a jamais été destinée à une reine mais fut nommée ainsi par les explorateurs arabes). Cette chambre de base carrée, placée dans l'axe est-ouest de la pyramide, possède une couverture en voûte avec pierres disposées en chevrons. Une niche, protégée par une voûte en encorbellement, fut aménagée dans le mur est de la chambre. Une percée dans cette niche soulève aujourd'hui de nombreux débats. L'égyptologue Gilles Dormion a remarqué que cette sape s'avère être un boyau maçonné de cinq mètres (donc prévu par les constructeurs) prolongé par une sape de voleur de dix mètres. La fonction de cette niche est toujours inconnue.

Comme la "chambre du roi" cette pièce était munie de deux conduits dits de « ventilation » aménagés dans ses murs nord et sud. Ils étaient masqués par des dalles de fermeture qui ont été découvertes au xixe siècle lors des explorations approfondies du monument.Ces conduits ont fait l'objet de plusieurs campagnes d'exploration dont la première en 1993 a été baptisée le projet Upuaut.

La grande galerie est l'élément architectural le plus impressionnant et le plus élaboré de l'Ancien Empire. D'une longueur de 47,80 mètres et d'une hauteur de 8,60 mètres par rapport à la verticale, la galerie est inclinée de 26°10'16". Elle est surmontée d'une magnifique voûte en encorbellement sur quatre faces la protégeant des charges. Une marche à l'extrémité supérieure de cette galerie donne sur une antichambre menant à la chambre du roi. Cette antichambre comportait un système de fermeture avec herses obstruant le passage mais aujourd'hui disparues.

La « chambre du roi » est un magnifique ouvrage de granit de 10,47 mètres sur 5,23 mètres (soit vingt coudées sur dix coudées) et d'une hauteur de 5,84 mètres. La chambre est surmontée par une imposante couverture de blocs de granit répartis sur cinq niveaux, le dernier niveau étant surmonté d'une voûte de décharge avec pierres disposées en chevrons. c'est dans cet espace que fut trouvée la seule inscription permettant d'attribuer, avec certitude, cette pyramide à Khéops. Le toit de cette couverture s'élève à plus de vingt mètres du sol de la chambre. Un coffre en granit, vide et sans couvercle, est disposé à l'ouest de la salle. Comme dans la « chambre de la reine », deux conduits de ventilation s'élèvent depuis la « chambre du roi » vers les faces de la pyramide.

Des souterrains sont assimilés à une ébauche (à échelle réduite) de la descenderie et du couloir ascendant de la grande pyramide. Ils se trouvent à l'angle nord-est de la grande pyramide.

Nous reconnaissons dans ces vestiges, la descenderie, passage long de 21 mètres suivant une pente de 26°32' et dont la section est de 1,05 mètre sur 1,20. À 11 mètres de l'entrée, un passage associé au couloir ascendant prend naissance dans le plafond de la descenderie et rejoint le bas de la grande galerie qui est ébauchée jusqu'au niveau du sol. La section du couloir ascendant est plus large que celle de la descenderie afin d'accueillir des blocs bouchons. Un puits vertical de section carrée de 0,727 m, sans équivalent dans la grande pyramide, a été aménagé afin de relier l'extérieur au premier embranchement.

L'une des principales différences entre l'agencement interne de la grande pyramide et de cette infrastructure est, outre celle des proportions, la disposition souterraine dans la maquette d'éléments figurant dans le corps de la maçonnerie de la grande pyramide. De plus, la descenderie n'a pas été creusée sur sa totalité et la chambre souterraine est absente.

L'origine, les moyens utilisés et la destination de la pyramide sont autant de sujets soumis à controverse. Pour certains auteurs, la construction de la grande pyramide de Khéops est incompatible avec les connaissances et les moyens rudimentaires du peuple qui l'érigea. De même, la fonction de tombeau royal, presque unanimement attribuée à la Grande Pyramide, est contestable. Sir Petrie, bien que fervent partisan de la thèse du tombeau royal, a exprimé 13 interrogations à ce sujet : le fait que les passages vers les chambres soient directs et mèneraient d'éventuels pillards droit au but plutôt que de les perdre ; que le coffre et son couvercle n'aient pas pu être apportés dans la chambre du roi après mais uniquement pendant la réalisation de la pyramide, que le coffre soit sans aucun ornement ni inscription, plus profond que dans les autres tombeaux et qu'aucune trace de couvercle n'ait jamais été trouvée, que les conduits d'aération des chambres soient uniques en leur genre, etc…

La durée de construction elle-même – estimée à 20 ans – est un sujet de débat. Il leur semble en effet impossible que les Égyptiens aient pu construire cet immense édifice en une vingtaine d'années avec les méthodes et moyens techniques de l'époque.

CHRISTOPHER DUNN

Christopher Dunn est né en 1946 à Manchester, en Angleterre. Il a travaillé à Mather & Platt dans son usine Newton Heath où il fut apprenti, et où par la suite il devint un compagnon machiniste. En 1969, Dunn a émigré aux États-Unis après avoir été recruté par le Altamil Corporation pour travailler à l'entreprise de fabrique aérospatiale, Twigg Industries, à Martinsville dans l'Indiana. Tout en travaillant comme outilleur au Rettig génie à Indianapolis, Dunn s'est impliqué dans le développement et la mise en œuvre des lasers haute puissance pour le traitement de turbines à gaz et de pièces de l'aérospatiale ainqi que des assemblages. Il fut le directeur de Laser Robotique Usinage, un atelier d'industrie aérospatiale. En 1986, il a été recruté par la gas turbine/aerospace manufacturing company, Danville Metal Stamping, où il a travaillé en tant qu'ingénieur directeur de projets, gestionnaire, et directeur des ressources humaines.

Il est un maître artisan et machiniste qualifiés. Dunn vit avec sa femme Jeanne et ses enfants à Danville, Illinois.

Son premier livre intitulé « The Giza power Plant » a été publié en 1998 par Inner Traditions – Bear & Compagny dans lequel, il affirme sur la base de ses mesures de monuments égyptiens, que la taille de pierre ancienne atteint une haute précision surpassant les normes de précision modernes dans le bâtiment.

Dunn a publié de nombreux articles de magazine sur ses hypothèses concernant la technologie ancienne, y compris un article Août 1984 "Advanced Machining dans l'Egypte ancienne" dans Analog Science Fiction and Fact magazine.

Dunn a écrit la préface à 2007 la publication d'Edward F. Malkowski La technologie spirituelle de l'Egypte ancienne: Science Sacrée et le mystère de la conscience.

Il a également produit les documentaires DVD « la centrale de Gizeh » et « de la sagesse antique: Christopher Dunn: Centrales ancienne et de technologie avancée: l'Egypte dans le nouveau millénaire ».

En 2010 le deuxième livre de Dunn de "Lost Technologies de l'Egypte antique: Advanced Engineering dans les temples des pharaons» fut publié aux éditions Bear & Company. Dans livre, il y traite de la précision des usinages tridimensionnels, très symétriques, sur les statues surdimensionnés dans les temples égyptiens. De tels usinages seraient comparables avec ceux réalisés dans des centres d'usinage commandés par ordinateur (des CNC).

L'odyssée de Christopher Dunn a commencé en 1977 après avoir lu le livre Secrets de la Grande Pyramide de Peter Tompkins. Sa réaction immédiate après avoir appris des caractéristiques de précision et de conception de la grande pyramide était de considérer que cet édifice ait eu un but original qui diffère de l'opinion conventionnelle . Après de plus amples recherches et études, Chris a conclu qu'il doit avoir à l'origine été construit pour fournir une société de haute technologie de l'énergie. Découvrir le but de cette machine et de documenter son cas a pris la plus grande partie des vingt années de recherche et déboucha sur la publication 1998 du livre de Chris , " The Power Plant Gizeh : Technologies de l'ancienne Egypte" qui décrit un dispositif d'énergie holistique qui est harmoniquement couplé avec la Terre et ses habitants.

LES RECHERCHES DE CHISTOPHER DUNN

Cela est un résumé du livre « The Giza Power Plant » de Christopher Dunn. J'ai essayé d'en retirer les idées essentielles, mais sans rentrer dans les innombrables détails qui amènent Dunn à cette conclusion. Pour en savoir plus, je vous invite à lire son livre. J'ai également suivi l'ordre des chapitres du livre en en omettant certains ne me paraissant pas nécessaires dans ce résumé.

Je m’appuie également sur la description de la pyramide faite juste au dessus pour resituer les différents éléments.

Le boyau

Une particularité surprenante de la pyramide est ce que l'on appelle le « boyau » qui commence au pied de la grande galerie pour s'enfoncer vers dans le sol jusqu’à une « grotte » ronde taillée dans la roche. Le conduit continu plus bas au dessous de cette caverne, jusqu’à une profondeur d'environ 200 pieds et rejoint de le couloir descendant. La manière dont ce boyau fut creusé, laisse penser que celui-ci faisait peut-être parti de la construction initiale.

Les chambres

Il remarqua également que la structure du plafond des chambres était particulière, mais le plafond de la « chambre de la reine » n'a pas était fait comme celui de la « chambre du roi », alors que celui-ci à une structure permettant de supporter une très lourde charge. De plus la chambre du roi a été faite en granite, une pierre très dure au cœur de la pyramide alors que le reste de la structure est en calcaire. Il y a également 4 chambres supplémentaires superposées au dessus de la chambre du roi.Dans la chambre du roi ont été trouvé deux conduits menant vers l'extérieur. Avec ces ouvertures, la température de la chambre du roi reste constante à 68°F.

Il y a également la présence de vestiges recouvrant sur les murs de la chambre au dessus de celle du roi. Ceux-ci semble être fait de la matière composant les carapaces d'insectes.

Des perturbations ont poussées et fait cracker les parois de la chambre du roi, mais celles-ci n'ont pas été observées ailleurs dans la pyramide, même dans l'anti-chambre. Au contraire ou peut observer l'extrême précision de la construction sans déceler de trace ce cette perturbation ; A priori ces perturbations ont été détectées de l'extérieur sans aucun signe apparent et des réparations semblent avoir été entreprise à l'intérieur.

L'anti chambre du roi

La particularité de celle-ci est que c'est une pièce « cubique » dans laquelle sont taillé 4 paires de grosses rainures accueillant des plaques de granite pouvant bouger verticalement dans ces rainures.

On notera également la présences de cavités en demi rond qui laisse penser que des objets cylindriques y étaient logés et prenaient toute la largeur de la pièce.

La précision de la taille des blocs

Ce qui est très impressionnant dans cette pyramide c'est la précision avec laquelle les bloc ont été taillés et posés. La tolérance lors de la taille des blocs n'était que de 2.5mm et ils ont été posé les uns par rapport aux autres avec une précision de 5mm pour l'ensemble des blocs constituants la pyramide. Une telle précision n'a pu être atteinte avec des outils en pierre ou en cuivre.

Christopher Dunn évoque également la précision dans les fondations (de l'ordre de la minute de degrés) de la pyramide et dans sont orientation.

Des traces d'outils avancés

Dunn est un ingénieur et il semble clair que pour lui les blocs de la pyramide, et surtout ceux en granite, n'ont pu être découpés avec précision avec des outils primitifs. Il en veut pour preuve les fragments de pierres découpées que l'on peut observer au musée du Caire et provenant à la fois des pyramides et des temples de Gizeh. Ces pierres portent des traces d'usinage « moderne ». Parmi celles-ci certaines sont en granite ou en diorite, qui sont parmi les pierres les plus dures que l'on puisse rencontrer.

Il évoque les différentes méthodes qui ont pu être utilisés pour faire les différentes découpes ainsi que des « percements », qui ne figurent pas dans les manuels d'histoire, car jugées irréalistes par les archéologues et historiens qui se base sur les quelques outils retrouvés, mais qui ne peuvent convenir dans ce cas.

Il décrit aussi de nombreuses découvertes sur place et toujours un étonnant travail de précision, mais me limitant à un résumé, je vous invite à lire le livre pour en savoir plus.

Un oscillateur géant

Tenant compte de la précision mise en œuvre dans la construction de la grande pyramide et de sa position géographique (au centre des masses terrestres), il établi également la relation entre les dimensions de la pyramide et les dimensions de la Terre.Si on admet que périmètre de la pyramide est analogue à la circonférence de la Terre alors on s'aperçoit que la hauteur de la pyramide correspond à la distance centre de la terre – pôle.

En quoi cela est-il important ? La terre vibre à une certaine fréquence et le fait que la pyramide soit proportionnelle à la terre, celle-ci vibre à la fréquence d'une harmonique de la vibration de la terre. Cette vibration peut alors être utilisée comme source d'énergie. Ainsi dans la chambre du roi on peut mesurer une vibration comprise entre 16Hz et un demi Hz. Le coffre dans la chambre du roi donne quant à lui une fréquence d'environ 439MHz. Après avoir consulter un ingénieur en acoustique, ils arrivèrent à la conclusion que la chambre du roi agit comme une chambre de résonance pour certaines fréquences.

Afin que la pyramide puisse être « initialisée » en tant qu'oscillateur couplé avec la terre, Dunn pense qu'il a fallut utiliser une machine telle qu'une mise au point par Tesla. Pour arriver à ce résultat, il suggère l'utilisation de certains matériaux naturels. Il pense également que les deux pyramides plus petites à côté de celle-ci ont servi à aider à cette « initialisation ». Des matériaux piézo-électriques tels qu'un cristal de quartz. On notera également que le granite constituant la chambre du roi est très particulier car très riche en quartz.

Toujours concernant la chambre du roi, les 5 couches de granite au-dessus de la chambre , celles-ci n'apportent pas de solidité à la structure, alors à quoi servent-elles? Selon Dunn, ces chambres séparées par des blocs de granite au-dessus de la chambre du roi servent d'accordeur géant.

Une autre particularité de la chambre du roi est sous le sol, sous les dalles du sol plus précisément. Les blocs supportant les dalles ont une surface en forme de « boite d’œufs ». De plus il y a un espace entre les blocs constituants et les murs de la chambres et ceux derrière le mur. On observe ici une vrai chambre acoustique.

Un MASER

Où vont ces ondes raisonnant dans la chambre et à quoi servent-elles ? Celles-ci sortent de la chambre pour aller dans la grande galerie qui est inclinée suivant un angle d'environ 26° et au plafond est couvert de « tuiles »inclinées d'un angle d'environ 45°.On trouve également dans la grande galerie 27 paires d'emplacements dans lesquels il n'y a plus rien aujourd'hui. Dunn formule l'hypothèse selon laquelle il devait y avoir sur chaque emplacement des résonateurs en métal.

Ces ondes rebondissant dans la grande galerie remonteront vers la chambre du roi et devront passer par l'anti-chambre avec ses blocs pouvant « suspendues » . On trouve immédiatement une fonction à cette anti-chambre avec ce que l'on sait maintenant. Celle-ci servait de filtre acoustique afin de laisser passer uniquement les ondes avec la bonne fréquence. Les autres étant renvoyées dans la grande galerie.

Le couloir ascendant était fermé par des blocs de granite à l'opposé de la grande galerie. Ce couloir pouvait peut-être servir à contrôler le niveau d'énergie dans la grande galerie.

Maintenant que l'on a une machine résonnant avec la Terre et que l'on produit des ondes à une fréquence voulue, il faut transformer toute cette énergie dans une forme utilisable.Dunn estime que la finalité de la pyramide était d'obtenir un MASER, équivalent du LASER mais avec des micro-ondes à la place de la lumière. Le principe est le même, on essaye d'obtenir des ondes « concentrées » et allant dans la même direction. Ainsi pour obtenir cela, il faut un signal d'entrée, un source d'énergie, un filtre d'entrée et un de sortie, et un milieu à faire résonner à la bonne fréquence. Pour obtenir des micro-ondes, il faut faire résonner l'atome le plus simple qu'il soit et le plus présent dans l'univers : l'hydrogène.Notre signal venant de la grande galerie va nous permettre tirer parti de la qualité piézo-électriques du granite et créer ainsi des ondes radio de haute fréquence. L'hydrogène est quand à lui produit dans la chambre de la reine. Cette production est évoquée dans le chapitre suivant.

Le signal d'entrée vient du conduit nord ; le signal utilisé est celui provenant des atomes d'hydrogène de l'espace. Celui-ci a une forme rectangulaire et les dimensions adéquates pour conduire le signal, il fait environ 21cm de large pour 12cm de haut. La longueur d'onde des micro-ondes émises par l'hydrogène est de 20.7725cm. Il est a noté qu'un morceau de fer plaqué d'or a été retrouvé dans les blocs de calcaire près du conduit sud. Si il y a le long des conduits nord et sud ce métal plaqué, alors cela améliorerait grandement l'efficacité des conduits.

La pièce maîtresse du MASER est le coffre, pris à l'origine pour un sarcophage. Celui-ci est en granite et a une forme particulière. Deux de ses parois se comportent comme des lentilles d'un point de vu des micro-ondes. Il est placé de telle manière à recevoir le signal depuis le conduit nord, l'amplifie et le ressort afin de stimuler les atomes d'hydrogène présent dans la chambre du roi.

On a donc tous les élément du MASER, un signal d'entrée amplifié et dirigé, une source d'énergie, et un milieu qui stimulé, produit les micron-ondes en sortie.

Un générateur d hydrogène

Si la théorie du MASER semble maintenant tenir la route, il reste un point à éclaircir, d'où vient l'hydrogène nécessaire à son fonctionnement ?

Pour cela il faut se pencher l'autre chambre à laquelle on a encore trouvé aucune utilité, celle dite des la « reine ».

Celle-ci se trouve au centre de la pyramide et tout comme la chambre du roi, il y a deux conduit qui vont de l'extérieur vers la chambre.

Un fait intéressant est la découverte de sel sur les murs. Et ça tombe bien, il se trouve que le sel est le résultat d'une réaction chimique visant à produire de l'hydrogène. On a également découvert du gypse. Celui-ci peut-être le résultat de la réaction du calcaire avec de l'acide.

La réaction qui semble correspondre serait un mélange entre de l'acide chlorhydrique et une solution de chlorure de zinc. Celle-ci donne en résultat de l'hydrogène et du sel.

Sans rentrer dans les détail il y aurait peut être un contrôle du niveau des fluides.

Le boyau fut certainement créé afin de contenir un excédent de la chambre la reine, mais Dunn pense que celui-ci a été modifié après l'incident ayant fait bouger le chambre du roi, afin d'aller réaliser les réparations.


Si cette théorie semble tenir la route d'un point de vu technique, il reste toute de même des questions en suspend. Comment a t elle été créée ? Et dans quel but ? À quoi pouvait bien servir une telle production d'énergie et sous cette forme ? A-t-elle été faite par les hommes et pour les hommes ? Est-elle bien plus vieille que nous ne le pensons ?

Images

Cartes

Bibliographie