AHRIMAN.FR

SCIENCE - NEO-EVHEMERISME - DONJONSDRAGONS

Corrélations entre les installations nucléaires et les observations d'OVNI

Ecris par :
Mis en ligne le :
Lu :
1408 fois
Twitter Facebook Google Plus Linkedin email

Depuis que l'humanité est rentrée dans l'ère atomique, de nombreuses observations d'OVNI sont faites au dessus des sites nucléaires, tels que les centrales, les silos à missiles, les sites d'essais, etc...

Ces observations ont commencées dès la fin de la seconde guerre mondiale, période à partir de laquelle le monde entra dans l'ère atomique. Cet article s'appui en majeur partie sur des témoignages ce qui laisse une grande marge de manœuvre sur la fiabilité des informations. Toutefois, des témoignages rapportés par des pilotes, des scientifiques ou des militaires devraient être vraisemblablement crédibles.

CHRONOLOGIE

Les vagues d'observation d'OVNI ont lieu à des périodes charnières de l'histoire durant lesquelles les tensions internationales sont les plus fortes. Ces vagues sont principalement observées durant la guerre froide.

Les principales vagues ont lieu dans les années suivantes  :

- 1947 (Etats-Unis) ;

- 1952 (Etats-Unis) ;

- 1954 (France, Italie) ;

- 1957 (Etats-Unis, Brésil, Japon) ;

- 1966 (Etats-Unis, Brésil) ;

- 1973 (Etats-Unis) ;

- 1974 (France, Australie) ;

- 1978 (Italie, Australie, Amérique du Sud) ;

- 1989 (Russie, Canada) ;

- 1990 (Belgique) ;

- 1998 (Chili) ;

- 2001 (Argentine).

PRINCIPAUX SITES CONCERNES

Los Alamos
Los Alamos

- complexe de Los Alamos

- centre d'enrichissement d'uranium de Oak Ridge

- usine de plutonium de Hanford

- base de Clarksville

- Roswell army air field

DECLARATIONS DES AUTORITES

Un mémorandum du 2 décembre 1952 rédigé par H. Marshall Chadwell, assistant directeur de la recherche scientifique de la CIA au directeur de l’agence centrale de renseignement Walter Bedell Smith, rapportait que  « les observations d’engins non-identifiés volant à haute altitude et se déplaçant à grande vitesse dans le voisinage des principales installations de défense américaines ne sont ni attribuables à des phénomènes naturels ni à des engins connus  »

Le patron du FBI, John Edgar Hoover, il s’inquiétait de la protection des « installations vitales ». La situation n’invite pas à la rigolade : on est loin des sarcasmes imbéciles sur les « soucoupes volantes » et des blagues sur les « petits hommes verts » que la propagande du Pentagone et de la CIA ont si bien orchestrée.

OBSERVATIONS

Ci-dessous quelques résumés de témoignages d'observations d'OVNI au dessus d'installations nucléaires  :

Le 17 Avril, 1950 de plus de quinze personnes au projet de l'énergie atomique secrète à Los Alamos, Nouveau-Mexique ont déclaré avoir vu un OVNI à l'horizon oriental. Un des observateurs, un scientifique de l'Université de Californie Division du personnel a regardé l'un des trois objets à travers un télescope et a dit qu'il avait l'air plat, métallique et était à peu près circulaire et d'environ neuf pieds de diamètre. L'OVNI est apparu à environ 2000 pieds de haut et se déplaçait plus rapidement que n'importe quel avion conventionnel connu. Il a été vu pendant environ une vingtaine de minutes. Des dizaines d'excellents observations d'OVNI ont été rapportées par d'innombrables témoins oculaires de Los Alamos au fil des ans.

Le 5 Juillet 1952 quatre pilotes de la Floride font état d'une soucoupe volante planant au-dessus des travaux atomiques de Hanford, une installation scientifique sensible à Richlands, Washington. Le capitaine John Baldwin, le capitaine George Robertson et les pilotes D. Shanbel et Steven Summers ont déclaré que l'OVNI était rond et plat. Après avoir plané au-dessus de l'usine atomique, il a gagné la vitesse, inversé son vol et a ensuite disparu rapidement. Deux globes jaunes semblables à du feu ont été signalés sur l'usine de Hanford sept jours plus tard, cela a été confirmé par les enquêteurs de l'Air Force.

Le 21 juin 1952 a introduit un cas intéressant d'un OVNI qui a transgressé l'espace aérien interdit du Oak Ridge Laboratory de l'AEC dans le Tennessee à 22h58. L'OVNI fut observé depuis le sol et également détecté par radar. L'OVNI a été poursuivi par un avion de combat F-47 en patrouille à une altitude entre 10.000 et 27.000 pieds. Au cours de la duel aérien, l'OVNI a tenté de percuter le F-47 à plusieurs reprises, avant de quitter la zone.

En Octobre 1965, Philip Parker était sur une mission de photographie aérienne et volait avec le pilote HT Mayhew près du lac Norman. Leur avion volait à environ 1.000 pieds lorsqu'ils ont contourner le lac près de la centrale nucléaire de McGuire, c'est à ce moment là qu'ils ont remarqué trois "objets lumineux" à leur droite. Le pilote Mayhew réussit à faire monter son avion juste assez haut afin d'éviter les OVNI qui volaient en formation 100 pieds en dessous. Parker a réussi à prendre une photo des trois ovnis circulaires au-dessus du lac Norman, qui est bordé par les comtés de Catawba, Lincoln, Gaston, Mecklembourg et Iredell en Caroline du Nord.

A la fin de l'été 1968, vers deux heures, un couple a rapporté avoir vu un OVNI surmonté d'un dôme avec des «  fenêtres  » et des lumières de couleurs étranges de couleur volant près de leur maison au bord du lac Norman. L'OVNI faisait environ deux à trois fois la longueur d'une voiture et émettait son doux. Un "tige métallique" est sortie du côté inférieur de l'OVNI, et frôlait les câbles d'une ligne électrique qu'il suivait.

Durant l'été 1972 à 21h30, l'homme d'affaires Robert P. Sartin, qui vit près de l'aéroport du lac Norman et de la centrale électrique de Dam a observé un OVNI. L'objet a également été vu par quatre personnes quatre miles à l'est. L'OVNI semblait être de la taille d'un terrain de basket et haut de la moitié de sa largeur. L'objet ressemblait "à une soucoupe inversée sur l'autre et avait une rangée de fenêtres clignotant entre les deux." Il avait rouge, blanc et jaune fenêtres éclairées et a plané dans le ciel de la zone pendant environ 10 minutes, avant qu'il volait sur ​​le côté, puis déplacé vers le haut et loin à une vitesse incroyable comme il a disparu dans le ciel.

27 octobre 1975 un OVNI a été rapporté par le sergent. Danny K. Lewis près de la Base aérienne de Loring, dans le Maine. L'OVNI a effectué un survol circulaire autour la zone de stockage d'armes nucléaires à moins de 300 mètres de l'établissement. Enfin, il a plané à 150 pieds au-dessus du sol. La base a été placé sur un statut de grand d'alerte. Le radar avait détecté ses manœuvres dans la région depuis plus de 40 minutes. L'OVNI d'un orange rougeâtre a été décrit par le personnel de sécurité comme étant de la forme "d'un ballon de football étiré" pendant qu'il planait à proximité.

Le 22 Novembre 1975, le pilote Frank Auman, Jr. et l'enquêteur ufologique Arlan Keith Andrews volaient dans un avion privé près de la centrale nucléaire de Savannah, en Géorgie. Ils ont vu un OVNI blanc lumineux manoeuvrer dans la région pendant quatre ou cinq minutes. Il a fait une «  légère oscillation  », puis un virage serré, avant de s'éloigner. Le personnel du centre de contrôle de Jacksonville, en Floride, a confirmé trois observations d'OVNI faites par des pilotes sur le site.

Le 24 juin 1984 aux alentours de 10:30-10:45, des gardes de la sécurité de la centrale nucléaire près de Peekskill, ont rapporté avoir vu un OVNI au-dessus de l'usine pendant environ 15 minutes. Il était environ 30 étages au-dessus de la cheminée de l'un des trois réacteurs nucléaires de la centrale. L'enquêteur ufologique Philip J. Imbrogno du CUFOS à Chicago avait interviewé six des douze gardes de sécurité qui ont vu l'OVNI. Selon les témoins, il était énorme, en forme de diamant et faisait environ 450 pieds de long. La police locale à Peekskill a reçu de nombreuses observations d'ovnis au cours de la même soirée. L'un d'eux, le sergent. Karl Hoffman a dit que l'OVNI observé comprenait une "douzaine de lumières blanches" en formation en V qui se déplaçait lentement vers la centrale.

INCIDENTS ET TEMOIGNAGES

Selon de nombreux témoignages, les OVNI ne se conteraient pas de survoler les sites nucléaires, mais interviendraient sur ceux-ci. Voici quelques-uns de ces témoignages  :

Le 15 septembre 1964, le premier lieutenant Robert Jacobs filme le tir d’une fusée Atlas F et transmet le film pour développement. Le jour suivant,  le major Florenz J. Mansmann le convoque dans son bureau. Le film est projeté : on peut voir la fusée Atlas F, équipée d’une ogive nucléaire factice, décoller et poursuivre normalement sa course. Un objet apparaît alors dans le ciel et tire un rayon lumineux sur l’ogive à quatre reprises. Actuellement, Jacobs est professeur associé à la Bradley University de Chicago. « A l’époque, j’envisageais une carrière à la NASA, j’ai donc observé le silence (…). Pendant 18 ans, je n’en ai parlé à quiconque. Ni à mes meilleurs amis, ni à ma femme ». En 1982, au terme de sa carrière militaire, il rompt son serment. Contacté par des enquêteurs, le major Mansmann, retraité, corrobore le récit de Jacobs : « l’histoire racontée par Robert Jacobs est authentique (…). Après coup, je regrette de ne pas avoir pu visionner le film plus de trois fois. Deux agents du gouvernement ont confisqué la pellicule et l’ont emportée dans un attaché case (…). Je reçus l’ordre de mon chef de considérer cet incident comme top secret ».

La base aérienne de Malmstrom située dans le Montana abrite des missiles intercontinentaux, l’une des principales composantes des forces de dissuasion nucléaires américaines. Le 16 mars 1967, le premier lieutenant Robert Salas est en service quand plusieurs gardes observent de l’extérieur d’étranges lumières zigzaguant dans le ciel. Soudain, un problème technique est signalé sur l’un des silos de missiles : en quelques secondes, huit missiles intercontinentaux sont déclarés hors service ! Tandis que Salas informe immédiatement le poste de commandement, un commando est légèrement blessé en s’approchant d’un OVNI rougeoyant en forme de soucoupe. Pour Salas, l’affaire est entendue :  « J’ai toujours eu l’impression que cet objet nous avait envoyé une sorte de message au sujet de nos armes nucléaires. C’était une démonstration de force, sans nul doute pour nous montrer que nous sommes observés de près. Le public a le droit de savoir. Il est temps de dire qu’une partie de nos missiles intercontinentaux ont été rendus hors service pendant que des OVNIs étaient observés dans les parages par des témoins on ne peut plus crédibles. L’Air Force continue de démentir que ce phénomène a été à l’origine de la panne survenue sur nos missiles. Or c’est faux. Et le public mérite tout simplement de connaître la vérité » . Malmstrom AFB est touchée par de nouvelles apparitions d’OVNIs dans le cadre d’une vague de grande ampleur qui touchera plusieurs bases entre le 27 octobre et le 11 novembre 1975.

En Europe, des OVNIs sont intervenus contre les bases de Bentwaters et de Woodbridge, situées dans le Suffolk, Royaume-Uni, entre le 27 et le 30 décembre 1980. Dans un rapport officiel, rédigé par le lieutenant-colonel Charles Halt, il est écrit qu’un des objets « tirait des rayons en direction du sol ». Récemment, Nick Pope, anciennement en charge du bureau d’enquête officiel de Sa Majesté sur les OVNIs, fut informé que ces rayons visaient précisément les entrepôts d’armes nucléaires de Woodbridge. Cette intervention est confirmée par l’enquêteur Peter Robbins qui note que « les objets ont tiré des rayons lumineux sur les bunkers stockant des ogives nucléaires » . Quant à Georgina Bruni, auteur de ‘You Can’t Tell the People’, elle conclue que l’interventionnisme OVNI « a probablement été provoqué par l’entreposage nucléaire » . Comme l’affaire commençait à faire des vagues dans la presse nationale, le ministère de la Défense britannique prit l’initiative de publier une « Defensive Press Line » : il s’agissait d’argumenter que cet incident n’avait aucun « intérêt pour la sécurité nationale ».

Le Capitaine Robert Salas: Officier Responsable du Lancement pour le Commandement des forces aériennes stratégiques (1964-71) a déclaré : "Entre 1966 et 1969, j'étais un officier de l'US Air Force stationné à Malmstrom AFB (Air Force Base), dans le Montana, et ma fonction était celle d'officier d'officier de tir de missile (ICBM's Minuteman). Le 16 mars 1967, j'étais en fonction à l'un de nos centres de lancement (LCF - Launch Control Facilities) et je surveillais le statut de 10 missiles nucléaires. Tôt ce matin là, j'ai reçu un appel de mon garde de la sécurité qui était passablement effrayé alors qu'il rapportait qu'un OVNI "planait" juste au-dessus du poste de garde de l'entrée principale. L'objet était entouré d'un halo de lumière rouge. Le garde (chef poste) m'informa que ses hommes étaient prêts à ouvrir le feu. Pendant notre conversation, l'un des soldats fut blessé et mon interlocuteur mit fin à l'appel. Alors que j'étais en train d'informer mon commandant de cette conversation, la plupart de nos missiles furent désactivés. Quand nous avons rapporté cet événement au poste de commandement, ils nous ont informés qu'un incident semblable s'était produit au même moment sur un autre site de lancement et que tous les missiles avaient été désactivés pendant que des OVNI étaient observés directement au dessus des sites de lancements. Cependant, l'Air Force a mené une enquête mais aucune cause n'a jamais été déterminée en ce qui concerne la mise "hors service" des missiles. J'ai pu acquérir certains documents officiels, relatifs ces événements, de l'Air Force grâce à une loi américaine spéciale appelée FOIA (Freedom Of Information Act). L'incident fut déclassifié récemment, suite à l'obtention de ces documents. J'ai pu obtenir le témoignage d'anciens militaires qui valident mon récit." « L’incident relatif á l’Ovni est arrivé le 16 mars 1967, á Oscar Flight, une des cinq installations de control de lancement, sous la garde de la 490eme escadre de missile de lancement. J’ai reçu un appel provenant du garde de la sécurité le plus important… et il m’a dit que lui et quelques gardes ont été les témoins d’étranges lumières flottant près du site et de l’installation de contrôle de lancement. Je lui ai demandé s’il voulait dire Ovni ? Et bien, il a répondu qu’il ne savait pas ce que c’était, mais il y avait des lumières qui flottaient autour de la base. Ce n’était pas des avions, ni des hélicoptères, ils ne faisaient aucun bruit… (peu après) nos missiles ont commencé à s’arrêter de fonctionner un par un. Lorsque je dis s’arrêter de fonctionner, cela veut dire qu’ils affichaient « hors d’état de marche », une condition qui signifie qu’ils ne pouvaient être lancés. Cet arsenal se compose de missiles de type Minuteman one, et étaient bien sûr des missiles nucléaires de charge militaire… cet incident a extrêmement inquiété le quartier général Commandement des forces aériennes stratégiques, car ils étaient dans l’incapacité d’en expliquer les origines. »

LA CATASTROPHE DE TCHERNOBYL

Le 26 avril 1986, l'augmentation incontrôlée de la puissance du réacteur numéro 4 de la centrale de Tchernobyl a conduit, à la fusion du cœur du réacteur. Cela a entraîné une explosion et la libération d'importantes quantités d’éléments radioactifs dans l’atmosphère, provoquant une très large  contamination  de l'environnement, et de nombreux décès et maladies survenus immédiatement ou à long terme du fait des  irradiations  ou  contaminations.

Réveillé par l'alarme, un des ingénieurs de la centrale nucléaire, Mikhail A Varitzky, se rend sur les lieux. Accompagné d'un second ingénieur, Mikhail Samoilenko, ils arrivent sur le site à 4h15. Après avoir constater brièvement l"ampleur de l'incident, les ingénieurs décident de quitter la zone pour des raisons de sécurité. Alors qu'ils s'éloignent du périmètre dévasté, ils observent une sphère dans le ciel, d'environ dix mètres de diamètre.

D'après les deux ingénieurs, la sphère aurait tiré deux rayons rouges sur le réacteur endommagé. L'ovni resta encore trois minutes avant de disparaître. Le compteur Geiger des ingénieurs indiquent une concentration radioactive de 3 000 milliroentgens/heure au moment d'arriver sur le site. Après le tir des rayons rouges, la mesure enregistra une nette baisse de la concentration à 800 milliroentgens/heure.

Depuis la terrible catastrophe de 1986, les ovnis ne cessent de survoler la centrale nucléaire, en particulier lors des crises. Le 16 septembre 1989, un incident mineur se déclara à l'Unité 4. Quelques heures après l'incident, le Dr Iva Naumovna Gospina observe un ovni en forme de disque. En octobre 1990, c'est au tour du scientifique Alexander Krymov de photographier un disque volant aux environs du complexe nucléaire. Le 11 octobre 1991, un incendie se déclara à l'Unité 2. Cinq jours plus tard, le journaliste Vladimir Chevran de l'Ekho Tchernobylia pris plusieurs clichés du site nucléaire. Le développement du film révèlera un objet similaire à celui observé par Gospina. Analysée par des criminologues de l'IAD(Internal Affairs Department) de Kiev, la pellicule a été déclarée authentique.

FUKUSHIMA

Le  séisme du 11 mars 2011  a entraîné l'arrêt automatique des réacteurs en service, la perte accidentelle de l'alimentation électrique  et le déclenchement des  groupes électrogènes. L'observation d'émissions de  xénon, avant même la première dépressurisation volontaire du    réacteur, indique des dommages structurels probables dans la partie nucléaire des installations immédiatement après le séisme. À la suite du  tsunami provoqué par le séisme, des groupes électrogènes de secours sont tombés en panne. Des débris ont pu obstruer des prises d'eau. Ces défaillances, couplées à plusieurs erreurs humaines aussi bien de fond que pratiques, ont causé l'arrêt des systèmes de refroidissement de secours des réacteurs nucléaires ainsi que ceux des piscines de désactivation des combustibles irradiés. Le défaut de refroidissement des réacteurs a induit des  fusions partielles des cœurs de trois réacteurs nucléaires  puis d'importants rejets  radioactifs.

Lors et depuis cet incident, des OVNI ont été aperçu et filmés survolant la centrale endommagée, mais aussi le tsunami lui même.

OVNI au dessus de Fukushima
OVNI au dessus de Fukushima

Dans une de ces vidéos issues de la chaîne nationale japonaise, une masse lumineuse semble surgir de la mer avant de s'éloigner vers la campagne sur le point d'être submergée. Dans une autre on voit une masse lumineuse qui se déplace de manière erratique juste au dessus de la vague de boue qui emporte tout sur son passage. En fin de vidéo, l'on voit que ces boules prennent des virages à angle droit. Dans une dernière vidéo de la chaîne, du 12 avril 2011, faite par des pompiers en intervention sur la centrale, on peut voir un énorme cigare lumineux passer lentement derrière la centrale.

Le 26 mars 2011, une vidéo amateur montre des sphères lumineuse effectuant un ballet aérien au dessus de la centrale. Ces sphères rappellent fortement celles filmées le 2 juillet 1952 par un officier de l'US NAVY à Tremonton.

BUT

Si l'on considère que ces OVNI sont des machines pilotées par des êtres intelligents, quel peut-être leur but  ? D'un côté nous avons des OVNI qui semblent juste observer, d'un autre, certains semblent interférer avec nos installations sensibles. Certains pensent qu'ils cherchent à nous protéger de nous même, d'autre qu'ils veulent protéger la planète, voire des conséquences de l'usage que nous faisons de cette énergie sur eux même. Des théories ont été avancées sur le fait que l'usage du nucléaire pourrait avoir des conséquences plus étendues que nous ne le pensons sur l'univers.

Images

Cartes

Bibliographie