AHRIMAN.FR

SCIENCE - NEO-EVHEMERISME - DONJONSDRAGONS

Le rapport COMETA

Ecris par :
Mis en ligne le :
Lu :
15 fois
Twitter Facebook Google Plus Linkedin email

Le  rapport COMETA  est un document émanant du COMETA (COMité d'ÉTudes Approfondies), une association française d'étude des  phénomènes aérospatiaux non identifiés, aujourd'hui en sommeil. L'association COMETA a pour origine une  association de fait  qui, à partir de 1996, travaille à l'élaboration de ce qui deviendra le rapport COMETA. Le 24 février 1999, elle est déclarée comme  association loi de 1901  à  but non lucratif. Composée d'«  experts provenant pour la plupart de l'Institut des hautes études de la défense nationale», elle est présidée par le général de l'armée de l'air  Denis Letty. L'association déclare avoir pour but la sensibilisation des pouvoirs publics et de la population au phénomène  OVNI  ou  PAN. À la date de mars 2006, l'association était en sommeil. Ce document peut être télécharger sur le site du CNES -GEIPAN (lien en bas de page).

BUT DU DOCUMENT

Ce rapport a pour but de faire un point sur une vingtaine d'années d'observations des phénomènes aérospatiaux non identifiés. Pour cela il s'appuie sur des observations de qualité, l'expertise de scientifiques afin de donner des explications globales avancées, les implications ainsi que des recommandations liées à ces phénomènes.

CONTENU DU RAPPORT

Le document s'ouvre sur des témoignages sélectionnés de pilotes qui ont été recoupés avec des observations radars, des observations à partir du sol, des observations faites à l'étranger et des rencontres rapprochées sur le sol français. Tous ces cas restent inexpliqués et disposent d'une grande richesse de données. Le rapport présente également des cas élucidés après enquêtes. Ces cas mettent souvent en cause la Lune et les planètes, des aéronefs, des ballons météos etc…

Par la suite, le rapport traite de l'organisation de la recherche en France. L'étude des OVNI avait été organisée en trois phases. La première étape consistait en la mise en place du GEPAN(Groupe d'Etudes des Phénomènes Aérospatiaux Non Identifiés) par le CNES (Centre National d'Etudes Spatiales) en 1977, ainsi que des procédures de collecte et traitement des données. Le GEPAN est maintenant le GEIPAN(Groupe d’Études et d’Information sur les Phénomènes Aérospatiaux Non Identifiés), il a pour mission la collecte des témoignages d’observations de  PAN  sur le territoire français, l’analyse des témoignages pour tenter d’expliquer les phénomènes observés (enquêtes), l’archivage des témoignages, l'un des objectifs importants de cet archivage étant de permettre l'étude ultérieure éventuelle par la communauté scientifique des observations restées inexpliquées , l’information et la communication vers le public. A ce titre, il a engagé dès 2007 la mise en ligne de l'ensemble de ses archives.

La seconde définissait la méthode scientifique d'étude des cas et enfin la dernière, la mise en application des méthodes et des procédures définies. Ce projet impliqua la participation de la gendarmerie nationale, de l'armée de l'air, de l'aviation civile, ainsi que de nombreux organismes civils publics ou privés tels que EDF, le CNRS, FT etc... Le GEPAN mis en place une méthode approuvée par le conseil scientifique en analysant les données issues des témoins, des témoignages, l'environnement physique et l'environnement psychosociologique.

Un système de classification fut mis en place. Il comprend quatre catégories de A à D. A étant les phénomènes parfaitement identifiés et D ceux non identifiables malgré l'abondance de données de qualité. Ces derniers représentent environ cinq pour cent des cas, les fameux PAND. Le rapport dégage de l'étude des cas rencontrés en France ou à l'étranger la conclusion que le les PAND pourraient bien «  être des machines volantes inconnues, aux performances exceptionnelles, guidées par une intelligence naturelle ou artificielle  ».

Etant donné les performances des objets observés et l'interaction avec d'autres véhicules ou témoins, le rapport tente une modélisation partielles de ces phénomènes. Ainsi il évoque la propulsion magnétohydrodynamique, nucléaire, ou encore grâce à l'antimatière.

Par la suite le rapport consacre un large chapitre à la recherche sur les OVNI à l'étranger. On commence par les états unis en évoquant notamment le projet blue book, la directive JANAP 146, mais aussi le livre du colonel Corso «  The day after Roswell  ». La Grande Bretagne et la Russie sont également évoquées car elles sont le théâtre de nombreuses activités de ces phénomènes.

La dernière partie du rapport concerne directement la défense. Même si le rapport précise qu'il n'y a eu aucune action hostile de la part des phénomènes, le sujet mérite d'être développé car ceux-ci peuvent ou ont un impact sur les plans stratégiques, scientifiques, religieux et médiatiques. Dans l'hypothèse où les OVNI seraient d'origine extra-terrestre, les questions quand à leur volonté et des éventuels contacts avec certains états sont posées.

Les annexes du rapport apportent des éléments sur des sujets d'importance, tels que la désinformation, l'affaire Roswell, la chronologie du phénomène OVNI etc...

Cet article ne brosse que très rapidement le rapport COMETA. Je vous invite à lire ce document très sérieux si vous souhaitez en savoir plus. Vous trouverez sur le site du CNES / GEIPAN de nombreux documents mis en ligne destinés à la fois à la communauté scientifique et au grand public.

Images

Bibliographie