AHRIMAN.FR

SCIENCE - NEO-EVHEMERISME - DONJONSDRAGONS

La machine à manne

Ecris par :
Mis en ligne le :
Lu :
3959 fois
Twitter Facebook Google Plus Linkedin email

En 1978, deux ingénieurs anglais, George Sassoon et Rodney Dale, ont conclu que la description de l'Ancien des Jours dans le Zohar, l'un des livres de la Kabbale, n'était pas d'un dieu, mais plutôt une machine. Une enquête attentive du texte les a convaincus que la machine produit la manne biblique qui a nourri les Israélites pendant leur errance de quarante ans dans le désert et que celle-ci était probablement d'origine extraterrestre.

L'EXODE HORS D'EGYPTE

L’Exode d'Israël hors d'Égypte est un récit biblique selon lequel les Hébreux, réduits en esclavage depuis des siècles par l’Égypte, s’en émancipent pour revenir, sous la conduite de Moïse et Aaron, dans le pays de Canaan et en prendre possession en vertu de la promesse divine faite à leurs ancêtres.

La sortie d’Égypte et la longue traversée du désert qui y fait suite sont relatées dans les Livres de l’Exode, du Lévitique, des Nombres et du Deutéronome.

Ce récit est considéré comme l’un des événements fondateurs du judaïsme avec le don de la Torah sur le mont Sinaï, fonde sa foi en un Dieu personnel qui intervient directement dans l’histoire, et est commémoré lors de la fête de Pessa'h.

Les Israélites avaient quitté le pays de Canaan pour l’Égypte lorsque Joseph était devenu premier ministre d’Égypte. Après la mort de Joseph, et la venue d’un pharaon «  qui ne connaissait pas  » (ou «  n’avait pas connu  ») Joseph, les Égyptiens, effrayés par la croissance démographique rapide des israélites et leur prêtant des visées dominatrices, les asservirent pendant plusieurs centaines d’années (210 ou 400  ans).

Ce travail, et en particulier la fabrication de briques, était extrêmement rigoureux, et les conditions d’oppression énormes. Moïse, en exil d’Égypte à cette époque, fut appelé (ou se sentit appelé) à devenir leur dirigeant. Retournant en Égypte, il essaya de négocier avec le Pharaon, qui ne fut pas réceptif, et dit ne pas connaître le dieu de Moïse. Moïse, sous l’ordre de Dieu, invoqua une série de plaies. Finalement, le Pharaon agréa la demande des israélites, de laisser Moïse les conduire dans le désert pour honorer leur dieu.

Cependant, le Pharaon changea d’avis dès leur départ, et dépêcha un nombre de soldats, afin de les ramener. Les Israélites s’échappèrent miraculeusement, traversant une «  mer  » à pied sec, les eaux formant un mur de chacun de leur côté. Dès que les Israélites traversèrent la mer, la mer se referma, prenant au piège les poursuivants égyptiens, qui ne purent s’enfuir car leurs chars s’étaient enlisés.

Après leur départ d’Égypte, les Israélites réalisèrent un périple à travers environ quarante endroits. Les endroits où l’on situe actuellement ces étapes, surtout les premières de la liste, sont inconnues ou sujettes à caution. Des événements d’importance se tinrent dans ces premières 'stations', dont le don ou la proclamation des Dix Commandements sur le mont Sinaï, avec le reste de la Loi mosaïque. Les Israélites arrivent finalement à Kadesh-Barnéa, où ils demeurent relativement longtemps. Des explorateurs sont envoyés faire un rapport sur Canaan en vue de son invasion mais, à l’exception de Josué fils de Noun l’Ephraïmite et Caleb fils de Yefouné le Judaïte, tous dissuadent de tenter la moindre entreprise devant la force des habitants.

Tous ces événements semblent s’être produits au cours de la première année suivant l’Exode, la Torah situant la traversée du désert entre les quatre-vingt ans et les cent-vingt ans de Moïse  : «  Israël fut donc condamné à errer quarante ans dans le désert  » (Nombres 14:34). Moïse conduit ensuite les Israélites au travers d’une série de campements, que les biblistes appellent les Stations, au cours des quarante ans susmentionnés. Toute la génération présente au début des quarante ans, y compris Myriam, Aaron et Moïse lui-même, meurt en dehors de la Terre Promise, à l’exception de Caleb et Josué, auquel Moïse délègue l’autorité. C’est donc lui qui dirige le début de la conquête de Canaan, en traversant la rive orientale du Jourdain.

LA MANNE

Selon l'Exode, Toute la communauté des Israélites se mit à murmurer contre Moïse et Aaron dans le désert (Ex 16:2). Les Hébreux murmuraient contre Moïse, parce qu'ils mouraient de faim  ; sur le soir, il leur tomba des cailles du ciel  ; le matin suivant, il se répandit un brouillard ou une rosée  ; lorsqu'elle fut évanouie, elle laissa sur les arbustes du désert de petites concrétions analogues au givre  ; les enfants d’Israël regardèrent et ils se dirent l’un à l’autre  : «  Qu’est-ce que cela  ?  » car ils ne savaient pas ce que c’était. Moïse leur dit  : «  C’est le pain que L’Éternel vous donne pour nourriture  ». Et plus loin, «  la maison d'Israël donna à cette nourriture le nom de «  manne  »  ».

La manne tombait du ciel tous les jours, excepté le jour du Chabbat  ; la veille de ce jour il en tombait une quantité double. «  Les enfants d’Israël mangèrent la manne pendant quarante ans, jusqu’à leur arrivée dans un pays habité  ; ils mangèrent la manne jusqu’à leur arrivée aux frontières du pays de Canaan  ».

LA MACHINE A MANNE DE GEORGE SASSOON ET RODNEY DALE

La machine, appelée le Othiq Yomin dans le Zohar, travaillée sur la base de la culture et la transformation d'une algue-culture, probablement l'une des espèces de chlorelle, qui a été maintenue par un apport de rosée ou de l'eau, et d'un rayonnement à partir d'un à propulsion nucléaire source de lumière.

La description Zohar est si exacte que Sassoon et Dale ont pu reconstituer la machine dans tous ses détails. Dans la partie supérieure était un appareil de distillation-condensation, qui consistait en une surface courbe refroidie. De l'air circulait sur cela et provoquait la condensation de l'eau. Cette eau a été le matériau de base pour le récipient au centre, qui contient la source de lumière et l'algue elle-même, qui circulait dans les différents conduits, ce qui permis un échange de l'oxygène et du dioxyde de carbone avec l'atmosphère et de dissiper la chaleur. Les boues de la chlorella était ensuite emmenée vers un autre récipient, où l'amidon était hydrolysé pour obtenir une substance comme le malt (d'où le goût de la manne  : "miel et gaufrettes"), et la matière sèche a été finalement stocké dans deux conteneurs de collecte à partir de laquelle elle a ensuite été prélevée.

Pour reconstruire une machine aussi complexe à partir du texte du Zohar, cela a nécessité une nouvelle traduction du texte original, qui a été réalisée par Sassoon, un expert linguiste, un ordinateur, ainsi qu'un ingénieur en électronique. Bien que la description textuelle de la machine est extrêmement détaillée, il n'est pas immédiatement évident qu'il s'agisse d'un manuel technique, car les parties de la Othiq Yomin (initialement convertis comme Ancien des Jours, alors que "le réservoir transportable" serait plus précis) sont désignées par la terminologie en usage vers 1000 avant JC.

Par exemple, dans le Zohar nous lisons des passages tels que les suivants:

«  Il y a trois têtes supérieures; deux, et celle qui les contient.  »

Au moment où le Zohar a été écrit, il y avait pas de mots pour "dôme en plexiglas", ou "vaisseau cultivateur d'algue", alors ils ont utilisé la "tête", "crâne" et très souvent «visage», comme dans l'extrait suivant :

«  La rosée de la tête blanche tombe dans le crâne des petits-faces et elle été stockée.  »

Afin de permettre la régénération de la culture de l'algue, elle a été amenée à s'écouler à travers un système de circulation transparent, qui est connu dans le Zohar comme la "vénérable barbe", à travers laquelle venait «l'huile de grande qualité», c'est-à-dire, la prolifération de boue d'algue. Ces «tuyaux» sont décris ainsi:

«  Et ces parties qui se trouvent dans la barbe, elles sont de forme conduisant vers le bas dans de nombreuses directions.  »

La machine a été équipée d'un nombre considérable de lampes de contrôle, qui sont appelées «yeux brillants» dans le texte Zohar, et qui s'allume dans différentes couleurs:

"Dans ses yeux inférieur, il y a un œil gauche et droit, et les deux ont deux couleurs, sauf quand ils sont vus dans la lumière blanche de l’œil supérieure."

Toujours selon George Sasson et Rodney Dale, cette machine aurait été combinée avec une source d'énergie nucléaire afin que celle-ci puisse fonctionner continuellement pendant des dizaines d'années. Cette source d’énergie serait contenue dans l'arche d'alliance.

Le jour du Chabbat correspondrait au jour de la maintenance de la machine, expliquant ainsi la journée durant laquelle l'ancien des jours ne donnerait pas de manne.

Faut-il voir dans cette nouvelle interprétation, un coup de pouce donné à Israël par une civilisation plus avancée  ? Certains pensent que oui, ainsi de nombreux miracles accomplis par Moïse (telle que la traversée de la mer rouge) auraient été réalisés grâce à une technologie avancée.

Images

Bibliographie