AHRIMAN.FR

SCIENCE - NEO-EVHEMERISME - DONJONSDRAGONS

Utsuro-Bune

Ecris par :
Mis en ligne le :
Lu :
659 fois
Twitter Facebook Google Plus Linkedin email

Utsuro-Bune (utsuro-fune ou urobune) signifie vaisseau creux. Cela réfère à un objet d'origine inconnu qui se serait échoué en 1803 dans la province de Hitachi sur la côte est du Japon.

Le récit de cette histoire apparaît dans 3 textes  : Toen shosetsu(1825), Hyoryu kishu(1835) et Ume-no-Chiri(1844).

Hitachi
Région ou se serait écoué le Utsuro-Bune

Selon la légende, une jeune femme séduisante est arrivée sur la plage à bord du «  vaisseau creux  ». Les pêcheurs l'ont emmenée afin de l'interroger, mais la femme s'est montrée incapable de communiquer en japonais. Les pêcheurs l'ont ramenée à son vaisseau, et l'ont renvoyée en mer.

Le livre Toen shosetsu est celui qui contient le plus de détails.

TOEN SHOSETSU

Le 22 Février 1803 , les pêcheurs locaux de la région Harayadori (province Hitachi) ont vu un « navire de mauvais augure  » à la dérive dans les eaux.

Curieux, ils ont remorqué le navire vers la terre, en découvrant qu'il mesurait 3,30 mètres de hauteur et 5,45 mètres de largeur , rappelant la forme d'un Kohako ( brûleur à encens japonais ) . Sa partie supérieure semblait être faite de bois de rose peint en rouge , tandis que la partie inférieure a été recouverte de plaques d'airain , de toute évidence pour le protéger contre les pierres coupantes.

La partie supérieure comportait plusieurs fenêtres en verre ou en cristal , couverte avec des barres et bouchée avec une sorte de résine d'arbre. Les fenêtres étaient complètement transparentes et les pêcheurs déroutés regardaient à l'intérieur . La face interne de la Utsuro-Bune avait été décorée avec des textes écrits dans une langue inconnue . Les pêcheurs ont trouvé des éléments à l'intérieur tels que deux draps de lit, une bouteille remplie avec 3,6 litres d'eau , un peu de gâteau et de la viande malaxée. Ensuite, les pêcheurs ont vu une belle jeune femme , peut-être 18 ou 20 ans. Sa taille était d'environ 1,50 mètres.

La femme avait les cheveux et les sourcils roux, les cheveux étaient allongés par des extensions blanches artificielles . Les extensions auraient pu être faites de fourrure blanche ou de fines zébrures en textile blanc poudré . Cette coiffure ne peut pas être trouvée dans toute la littérature. La peau de la dame était d'une couleur rose très pâle . Elle portait des vêtements précieux , longs et lisses de tissus inconnus . La femme a commencé à parler , mais personne ne la comprenait . Elle ne semble pas comprendre les pêcheurs , si bien que personne ne pouvait lui poser des questions sur son origine . Bien que la femme mystérieuse semblait sympathique et courtoise , elle agissait bizarrement , car elle serrait toujours une boîte carrée en matériau pâle d'environ 0,6 m de côté . La femme n'a permis à personne de toucher la boîte , peu importe avec quelle bonté ou insistance les témoins l'ont demandé .

Un vieil homme du village a dit: « Cette femme pourrait être une princesse d'un royaume étranger , qui fut mariée dans son pays natal. Mais quand elle eu une liaison avec un homme de la ville après le mariage, cela fit scandale et l'amant fut tué en guise de punition. La princesse fut bannie , cependant comme elle s'était attirée beaucoup de sympathie , elle a échappé à la peine de mort . Au lieu de cela , elle aurait peut-être été abandonnée au destin dans cet Utsuro-Bune. Si c'est le cas, la boîte quadratique pourrait contenir la tête du défunt amant de la femme. Dans le passé , un objet très similaire avec une femme s'était échoué près d'une plage . Lors de cet incident une petite planche avec une tête épinglé avait été trouvée. le contenu de la boîte pourrait donc être la même, ce qui expliquerait certainement pourquoi elle la protégeait tellement. On voudrait donner beaucoup de temps et d'argent afin d’enquêter sur cette femme et son vaisseau. Depuis, il semble que ce soit la tradition d'envoyer ces bateaux en mer, nous devrions remettre la femme dans l' Utsuro-Bune et la laisser dériver. D'un point de vue humain, cela pourrait être cruel , mais c'est son destin . " Les pêcheurs se rassemblèrent à l'Utsuro-bune, placèrent la femme à l'intérieur , et le remirent à l'océan .

UME NO CHIRI

Le 24 Mars 1803, sur la plage de « Harato -no- hama » dans la province de Hitachi , un «bateau» étrange s'était échoué. Il rappelait aux témoins une marmite de riz , avec en son milieu un bord plus épais. Il était recouvert de peinture noire et il avait quatre petites fenêtres sur les côtés . Les fenêtres avaient des barres et elles ont été bouchées avec de la résine d'arbre . La partie inférieure du bateau avait été protégée par des plaques d'airain qui semblait être faites de fer de l'ouest de la qualité la plus élevée. La hauteur du bateau était de 3,33m et sa largeur était de 5,41m . Une femme de 20 ans a été trouvée dans le bateau . Sa taille était de 1,50 m et sa peau était blanche comme la neige . Les longs cheveux pendaient en douceur le long de son dos. Son visage était d'une beauté indescriptible. La robe de la femme était d'un style inconnu et personne ne pouvait le reconnaître. Elle parlait une langue inconnue. Elle tenait une petite boîte que personne n'a été autorisée à toucher . A l'intérieur du bateau, deux tapis exceptionnellement doux, de modèle et de tissu inconnus ont été trouvés. Il y avait des fournitures telles que des gâteaux, de la nourriture et de la viande malaxée. Une belle tasse décorée avec des ornements ne pouvant être identifiés a également été trouvée.

AUTRES DOCUMENTS ET LEGENDES A PROPOS DES UTSURO-BUNE

Il y a plusieurs autres documents sur les observations Utsuro-Bune au Japon, par exemple «  Hirokata Zuihitsu  » et «  Ôshû Kuzakki  ». En 2010 et 2012, deux impressions rares ont été découvertes et étudiés par Kazuo Tanaka. Ils contenaient des histoires sur Utsuro-Bune avec un contenu très similaire à celle de la kishu Hyoryu, bien qu'ils prétendent un emplacement différent pour les événements: «  Minato Boshu  » (port de Boshu).

Une légende japonaise bien connue est celle de l'origine de la dynastie Kawano. Au 7ème siècle, un pêcheur nommé «  Wakegoro  » de l'île de Gogo avait trouvé une jeune fille de 13 ans dans un Utsuro-Bune dérivant en mer. Il l'a amenée sur terre, où elle lui a dit qu'elle était la fille de l'empereur chinois et qu'elle avait été forcée de fuir pour échapper à sa belle-mère. Le pêcheur l'a élevée, avant qu'elle n'épouse un prince impérial de la province de Iyo et ne donne naissance à un fils nommé «  Ochimiko  », l'ancêtre de la dynastie Kawano. Une partie de ce conte raconte qu'elle était chargée de transporter les premiers cocons de soie au Japon. Elle est encore vénérée dans un temple shintoïste du village de Funakoshi.

TENTATIVES D'EXPLICATIONS

Les premières recherches faites sur cet événement furent conduites en 1844 par Kyokutei Bakin. Il arriva à la conclusion que la femme devait être d'origine russe d'après son apparence.

D'autres recherches furent faites par l'ethnologue et historien Yanagida Kunio en 1925 et 1962. Il souligne que ces bateaux circulaires sont très inhabituels au Japon, et ce depuis tous temps.

En ufologie, la légende de la Utsuro-Bune a été décrite très tôt comme une rencontre rapprochée documentée du troisième type basée sur les similitudes entre les dessins du navire de l'époque d'Edo et les descriptions du 20ème siècle de soucoupes volantes. Certains ufologues suggèrent que l'Utsuro-bune aurait pu être un objet sous-marin non identifié (USO). Ils notent les mystérieux symboles qui auraient été trouvés sur l'objet et qui apparaissent régulièrement comme additifs dans les représentations. Ils seraient semblables aux symboles rapportés lors de l'incident de la forêt de Rendlesham en Angleterre. L'apparence, les habits et la langue inconnue que parlait la femme pourraient étayer cette thèse. La proximité du triangle du dragon (équivalent du triangle des Bermudes, mais à l'opposé) qui est une zone d'anomalies permanente, dans laquelle ont disparu de nombreux bateaux, alimente les soupçons, quant à une éventuelle rencontre du troisième type.

Images

Cartes

Bibliographie