AHRIMAN.FR

SCIENCE - NEO-EVHEMERISME - DONJONSDRAGONS

Des explosions nucléaires à la préhistoire

Ecris par :
Mis en ligne le :
Lu :
1475 fois
Twitter Facebook Google Plus Linkedin email

L'arme nucléaire est une arme de destruction massive qui utilise l'énergie dégagée par la fission de noyaux atomiques lourds (uranium, plutonium dans le cas des bombes A), ou par une combinaison de ce phénomène avec celui de la fusion de noyaux atomiques légers (hydrogène dans le cas des bombes H). L'énergie libérée par l'explosion s'exprime par son équivalent en TNT.

L'arme nucléaire a été utilisée opérationnellement deux fois durant la Seconde Guerre mondiale, par les États-Unis contre le Japon par les bombardements des villes de Hiroshima et de Nagasaki, entraînant cent à deux cent mille morts. Ses effets destructeurs, qui sont sans commune mesure avec ceux des «  armes conventionnelles  », sont principalement dus au souffle, comme pour les explosifs classiques, mais également aux brûlures et incendies provoqués par sa température extrême, et de manière plus marginale à l'effet des radiations.

Histoire

C'est aux États-Unis que la bombe atomique sera mise au point et assemblée durant le projet Manhattan. Le 14  août  1940, le Comité consultatif pour l'uranium, un organisme fédéral créé par Roosevelt, demande dans un mémorandum la création d'un projet de recherche sur le thème de la fission nucléaire et sur ses applications militaires. Á cette époque, l'extraction de l'uranium est obtenue à partir d'un minerai, le pechblende du Congo belge entreposé à New York dès 1940 sur une initiative prise à Bruxelles en 1939. Dans les années suivantes, l'extraction de ce minerai se développe aux États-Unis et au Canada.

Assemblage de la bombe Fat Man
Assemblage de la bombe Fat Man

La première étape des recherches a consisté en l'enrichissement de l'uranium naturel en uranium 235 fissile, c'est-à-dire que l'atome d'uranium peut se «  casser  » et produire une réaction de fission nucléaire. Durant cette étape de recherche, un second élément fissile est découvert, le plutonium. En 1943, au vu des résultats, il est décidé de passer au stade du développement. Le projet Manhattan vient de voir le jour.

Le 16  juillet  1945, sur la base aérienne d'Alamogordo, la première bombe atomique, Gadget, explose lors d'un test baptisé Trinity. 3 semaines après l'essai réussi Trinity, dans la matinée du 6 août 1945, le président Harry S. Truman, qui a succédé à Franklin Roosevelt décédé le 12 avril, donne l'ordre de larguer une bombe atomique sur un objectif civil, la ville d'Hiroshima. Le 9 août, trois jours plus tard, Truman donne l'ordre de larguer une seconde bombe, c'est Nagasaki qui est alors visée. Le 15 août, le Japon accepte la capitulation sans condition, ce qui met fin à la Seconde Guerre mondiale.

Hiroshima après l
Hiroshima après l'explosion de Fat Man

La fin de la Seconde Guerre mondiale et la connaissance de la puissance destructrice de la bombe atomique ont poussé plusieurs gouvernements à vouloir acquérir, comme les États-Unis, l'arme nucléaire. L’union soviétique conçoit une bombe A et la teste le 29  août  1949. Elle est suivie le 3  octobre  1952 par le Royaume-Uni. Suivront ensuite les premières bombes A de la France en 1960 et la Chine en 1964.

Le 1er  novembre 1952, les États-Unis déclenchent l'explosion de la première bombe H, une bombe cent fois plus puissante qu'une bombe A. Le premier essai soviétique de la bombe H a lieu le 12  août  1953 et le 15  mai  1957 pour le Royaume-Uni.

En 1982, on estimait qu'il y avait environ 50  000 armes nucléaires dans le monde totalisant entre 12  000 et 14  000 mégatonnes soit l'équivalent de 3  tonnes de TNT par habitant (il y avait alors 4 milliards d'humains sur Terre).

EFFETS

L'énergie de l'explosion est beaucoup plus importante qu'avec un explosif traditionnel  : un explosif traditionnel étant de l'ordre d'une tonne de TNT, l'énergie d'une arme nucléaire se mesure en kilotonnes ou en mégatonnes, soit mille à un million de fois plus.

Une onde de choc provoque un déplacement important et rapide de l'air environnant, exerçant ainsi une contrainte (pression) sur les objets environnants. Le souffle de l'explosion détruit tous les bâtiments alentour et provoque des lésions et la surdité des personnes qui sont proches de l'explosion.

Une fois l'onde de choc passée, de forts vents créés par l'effet de vide (dépression, contrainte opposée) dû à l'explosion, semblables à ceux d'un ouragan, finissent de démolir les bâtiments qui seraient encore debout.

Effet de la bombe A sur une survivante d
Effet de la bombe A sur une survivante d'Hiroshiman

35  % de l’énergie d'une bombe nucléaire est dissipée sous forme de rayonnements lumineux, principalement infrarouges, qui transmettent la chaleur de l'explosion. Cette chaleur est telle qu'elle peut déclencher des incendies et causer des brûlures sur les personnes jusqu'à des distances de plusieurs kilomètres. Pour donner un ordre de grandeur, une bombe de 10 Mt provoque des brûlures jusque dans un rayon de 30 kilomètres.

À cela peuvent s'ajouter des éblouissements voire plus rarement des brûlures aux rétines pour ceux qui regardent l'explosion.

Une explosion nucléaire provoque un déplacement d'électrons, qui crée un courant électrique. Ce courant est tel qu'il perturbe pendant un certain temps les alimentations électriques et détruit complètement la plupart des circuits électroniques.

Cet effet n'a d'incidence notable que dans le cas des explosions à très haute altitude ou dans l'espace.

L'effet immédiat de l'irradiation due à une arme nucléaire peut être de deux types  :

- Au moment de l'explosion, une irradiation immédiate et directe, pour les personnes proches de l'explosion, qui peut être très intense (voir Syndrome d'irradiation aiguë). Pour une arme nucléaire classique, l'irradiation ne constitue pas une menace supplémentaire, car les zones où l'irradiation est significative sont également celles où l'effet de souffle et de chaleur est très fortement destructeur. Ce n'est que dans le cas d'une bombe à neutrons que l'effet spécifique de l'irradiation est employé à des fins militaires.

- À plus long terme, une pollution radioactive éventuelle, due aux retombées radioactives des éléments de la bombe et des éléments contaminés, qui peuvent être transportés par les mouvements d'air sur de très grandes distances. Cette irradiation est moins intense, mais plus importante en termes de nombre de personnes touchées. L'irradiation peut être suffisamment importante pour interdire l'accès aux zones de retombées pendant quelques jours.

Les effets à long terme sont à relativiser d'après les résultats du suivi médical des survivants de Hiroshima et Nagasaki  :

- Il existe bien une augmentation des taux de cancers, significative, mais moins importante que ceux liés à d'autres causes comme le tabagisme. Même pour les sujets exposés aux plus fortes doses, l'excès de cancer ne semble pas dépasser 4  % (l'incidence normale du cancer étant de l'ordre de 20  %, un excès de 4  % fait passer ce risque à 24  %, soit un «  risque relatif  » de 20  % d'augmentation).

- Contrairement aux idées reçues, il n'a pas été observé d'augmentation statistiquement significative des malformations ou de troubles génétiques chez les descendants de survivants irradiés, quoi qu'une tendance se dégage.

Selon certains scénarios, si une guerre nucléaire venait à être déclenchée avec l'emploi de plusieurs milliers de bombes nucléaires mégatonniques, des impacts mesurables sur le climat de la Terre pourraient se faire ressentir. Les incendies en masse déclenchés par l'effet de chaleur, ainsi que le soulèvement de la poussière, pourraient provoquer la formation d'un gigantesque manteau de suie et de poussière dans la stratosphère, qui occulterait les rayons du Soleil. Il s'ensuivrait, pendant quelques jours seulement ou plusieurs années, ce que l'on appelle communément un Hiver nucléaire.

LA DESTRUCTION DE SODOME ET GOMORRHE

Sodome et Gomorrhe
Sodome et Gomorrhe

Son récit fait partie de la Genèse  : Dieu, alerté par «  le cri contre Sodome  », dont le «  péché est énorme  », est résolu à détruire la ville pour punir ses habitants (Genèse 18:20-21). Il envoie alors deux anges vérifier si le «  péché  » est avéré. Ces anges arrivent à Sodome et Loth, le neveu d'Abraham, les invite à loger chez lui. Tous les hommes de la ville entourent la maison de Loth en demandant qu'il leur livre les deux étrangers pour qu'ils les «  connaissent  » (Genèse 19:5). Dans ce passage, les habitants de Sodome disent à Loth   : «  Où sont les hommes qui sont venus chez toi cette nuit  ? Amène-les nous pour que nous les connaissions.  » (yada’ en hébreu). Loth propose ses deux filles vierges en échange mais les habitants refusent.

Convaincu de leur crime, Dieu détruit la ville par «  le soufre et le feu  » en même temps que la cité voisine de Gomorrhe qui apparaît dans le texte sans autre précision, réunie avec Sodome dans un sort que connaissent en définitive la plupart des villes aux alentours de la mer Morte.

D'autres passages ainsi que des sources non bibliques évoquent la destruction, en plus de Sodome et Gomorrhe, des cités pécheresses d'Admah et Zéboïm. Seule la cinquième ville de la vallée de Siddim, Zoar, est épargnée. Ces cinq cités sont communément désignées dans la Bible sous le terme des «  villes de la Plaine  ». Une guerre est mentionnée (Genèse, 14) au cours de laquelle les rois des cinq villes de la vallée de Siddim sont alliés, et font face aux quatre rois d’Élam, de Goyim, de Shinéar et d'Ellasar.

Destruction de Sodome et Gomorrhe
Destruction de Sodome et Gomorrhe

Extrait de la genèse  :

Le soir, les deux anges arrivèrent à Sodome. Loth était assis à la porte de la ville. En les voyant, il se leva pour aller à leur rencontre et se prosterna face contre terre.

2  Il leur dit:

 

      ---S'il vous plaît, mes seigneurs, acceptez de faire un détour et de venir loger dans la maison de votre serviteur. Vous pourrez vous y laver les pieds, et vous y passerez la nuit, avant de poursuivre votre route.

        ---Non, lui répondirent-ils, nous passerons la nuit sur la place.

3  Mais Loth insista tant qu'ils finirent par accepter de se rendre dans sa maison. Il leur fit préparer un bon repas et cuire du pain sans levain et ils se mirent à manger.

4  Quand ils furent sur le point de se coucher, la maison fut encerclée par les gens de la ville: tous les hommes de Sodome, jeunes et vieux, étaient venus là des différents quartiers de la ville.

5  Ils appelèrent Loth et lui demandèrent:

---Où sont ces hommes qui sont venus chez toi cette nuit? Amène-les nous pour que nous couchions avec eux!

6  Loth sortit sur le pas de sa porte et referma la porte derrière lui.

7  ---Non, mes frères, leur dit-il, je vous en supplie, ne commettez pas le mal!

8  Écoutez: j'ai deux filles qui sont encore vierges. Je vais vous les amener, vous leur ferez ce qui vous plaira, mais ne touchez pas ces hommes puisqu'ils sont venus s'abriter sous mon toit.

9  ---Ote-toi de là! lui crièrent-ils. Puis ils ajoutèrent: Voyez-moi cet individu, il est venu ici comme étranger et maintenant, il veut jouer au juge! Eh bien, nous t'en ferons voir plus qu'à eux.

Puis ils poussèrent violemment Loth de côté et s'approchèrent de la porte pour l'enfoncer.

10  Mais les deux hommes venus chez Loth se saisirent de lui, le ramenèrent vers eux à l'intérieur de la maison, et refermèrent la porte.

1  Ils frappèrent d'aveuglement les gens massés à l'entrée de la maison, jeunes et vieux, de sorte qu'ils n'arrivaient plus à trouver la porte.

12  Alors les deux hommes dirent à Loth:

---Qui as-tu encore de ta parenté dans cette ville? Des gendres, des fils et des filles? Qui que ce soit, fais-les sortir de là,

13  car nous allons détruire cette ville, parce que de graves accusations contre ses habitants sont montées jusque devant l’Éternel. C'est pourquoi l’Éternel nous a envoyés pour détruire la ville.

14  Là-dessus, Loth sortit et alla trouver les maris de ses filles.

---Allons, leur dit-il, il faut quitter ce lieu car l’Éternel va détruire la ville!

Mais ses gendres prirent ses paroles pour une plaisanterie.

15  Dès que l'aube parut, les anges se firent pressants. Ils dirent à Loth:

---Debout! Emmène ta femme et tes deux filles qui sont ici, si tu ne veux pas périr emporté par le jugement qui va s'abattre sur cette ville.

16  Comme il hésitait encore, les deux hommes les prirent de force par la main, lui, sa femme et ses deux filles, et les entraînèrent hors de la ville, car Dieu voulait les épargner.

17  Une fois hors de la ville, l'un des hommes lui dit:

---Sauve-toi! Il y va de ta vie. Ne regarde pas derrière toi et ne t'arrête nulle part dans la plaine! Fuis vers la montagne si tu ne veux pas périr!

18  ---Oh non, mon seigneur, lui dit Loth,

19  ton serviteur a déjà obtenu ta faveur et tu as été très bon envers moi en me sauvant la vie; je ne pourrai pas m'enfuir jusqu'à la montagne, je risque d'être atteint par le malheur et de mourir.

20  Il y a cette ville là-bas; elle est assez proche pour que j'aie le temps de m'y réfugier. Elle est insignifiante, permets-moi de fuir jusque là pour sauver ma vie! N'est-elle pas peu de chose?

21  ---Bon, lui dit l'ange, je t'accorde encore cette faveur et je ne ferai pas venir de catastrophe sur la ville dont tu parles.

22  Mais dépêche-toi de t'y sauver, car je ne peux rien faire avant que tu y sois arrivé! C'est pourquoi on a nommé la ville Tsoar (Peu de chose).

23  Au moment où le soleil se levait, Loth arrivait à Tsoar.

24  Alors l’Éternel fit tomber sur Sodome et sur Gomorrhe une pluie de soufre enflammé par un feu qui venait du ciel, de l’Éternel.

25  Il fit venir une catastrophe sur ces villes ainsi que sur toute la région. Toute la population de ces villes périt ainsi que la végétation.

26  La femme de Loth regarda derrière elle et fut changée en une statue de sel.

27  Abraham se rendit de bon matin à l'endroit où il s'était tenu en présence de l’Éternel.

28  Il porta son regard vers Sodome et Gomorrhe et vers toute la plaine environnante et il vit s'élever de la terre une épaisse fumée, comme celle d'un immense brasier.

29  Ainsi, lorsque Dieu détruisit les villes de la plaine, il n'oublia pas Abraham et il fit échapper Loth à la catastrophe par laquelle il anéantit les villes dans lesquelles Loth avait habité.

Considérons cet extrait comme un texte historique relatant ce qu'il s'est réellement passé ce jour là dans la cité de Sodome et posons nous quelques questions sur cet extrait de la genèse  :

Colonne de sel près de la mer morte
Colonne de sel près de la mer morte

- Les anges savaient que la cité allait être détruite et ont prévenu le roi afin que celui-ci puisse partir avec sa famille en lui précisant de ne jamais se retourner. Comment savaient-ils que la cité allait être détruite  ? La destruction de la cité était donc programmée  ? Si elle était effectivement programmée, alors cela mettrait à mal les théorie selon lesquelles une catastrophe naturelle serait à l'origine de la destruction de la cité, car elle n'aurait pu être prévue. Une catastrophe naturelle ne répond pas non plus à la volonté de quelque être que ce soit, ainsi, on ne peut provoquer un séisme ou une éruption volcanique, ou encore une chute d'astéroïde.

- Qui sont ces anges  ?

- Quelle est ce feu venu du ciel  ?

Considérons que ces êtres venus du ciel considérés comme d'origine divine à l'époque, car en ces temps là, la technologie passait soit pour de la magie soit pour une action divine, n'étaient en fait que des êtres venu d'une autres planètes, plus avancé technologiquement. Le texte prend alors un tout autre sens. Ces extra-terrestres (les anges) sont venus vérifier le comportement des hommes de cette cité, et devant ce qu'ils ont pu constater, ils ont décidé de procéder à la destruction de Sodome, tout en épargnant le roi et sa famille.

On sait aujourd'hui que les environs de la mer morte et les restes des cités mis à jour, présentent encore de nos jours une radioactivité suffisante pour provoquer la stérilité et des affections si l'on y reste plusieurs années de suite. De plus les colonnes de sel autours de la mer morte ne sont pas faites de sel ordinaire, que la pluie aurait fait disparaître avec le temps, mais sont de même nature que les étendues sablonneuses situées autour d'Hiroshima qui se composent de silicium vitrifié et de cristalloïde salin.

Les anges ont dit au roi Loth de ne jamais se retourner lors de sa fuite, cependant d'après la bible, sa femme se retourna et fut changée en colonne de sel. On sait qu'une explosion nucléaire provoque une lumière tellement intense qu'elle brûle la rétine, ainsi qu'une vague de chaleur très intense.

Un autre fait à considérer est que les anges furent invité par le roi à passer la nuit chez lui, ils ont mangé et bu (des être divin qui ont besoin de se nourrir  ?), ce qui confirme qu'il s'agit d'êtres matériels. Cependant on peut se demander comment les habitants de la ville ont pu reconnaître leur nature «  divine  ». Ils devaient sûrement avoir une caractéristique physique permettant qu'on les reconnaisse facilement. Étaient-ils différent physiquement  ? Serait-ce à cause de leur équipement (tenue ou autre)  ? Ou parce qu'ils arrivèrent en volant  ?

Ce qui semble se confirmer étant donné le récit de la genèse d'une part, et les traces d'explosion nucléaire d'autre part, c'est que cette cité ainsi que toute la vallée furent détruit par un engin atomique utilisé par des être venu du ciel.

LA DESTRUCTION DE MOHENJO-DARO

Mohenjo-Daro
Mohenjo-Daro

Mohenjo-daro — littéralement le Mont des morts, un nom qu'il partage avec Lothal — est un site important de la civilisation de la vallée de l'Indus, on y trouve les vestiges d'une des plus grandes cités de l'âge du bronze Indien. Il est situé au Pakistan à 300 km au nord-nord-est de Karâchi.

La ville a été construite durant le IIIe millénaire avant J.-C. et a été abandonnée à la fin du XVIIIe  siècle av.  J.-C.

Le site est redécouvert dans les années 1920. Entre 1922 et 1927, des fouilles à grande échelle y sont entamées par Rakhal Dâs Banerjî  (en) puis continuées par Madho Sarup Vats et Kashinath Narayan Dikshit sous la direction de John Marshall  (en). Ernest MacKay y effectue d'autres fouilles de 1927 à 1931. Mortimer Wheeler complète ces travaux en 1950 par des excavations de moindre envergure.

Les travaux effectués sur le site ont permis de dégager une centaine d'hectares des ruines de la ville, dix fois plus que ce qui avait été révélé dans les années 1920, mais probablement seulement un tiers de la surface totale à étudier. Avec Mohenjo-daro c'était la première fois que l'on mettait au jour des vestiges de la civilisation de la vallée de l'Indus dont on ignorait jusqu'alors l'existence.

Squelettes retrouvés à Mohenjo-Daro
Squelettes retrouvés à Mohenjo-Daro

Mohenjo-daro ne s'est pas bâtie au hasard des constructions ajoutées au cours du temps, mais comme les autres villes de la civilisation de l'Indus, Harappâ, Kâlîbangan ou Lothal, elle révèle une urbanisation réfléchie et planifiée dans le tracé des rues, formant une grille dont au moins un boulevard large de 10 mètres partageait la ville basse en deux. En effet, il existe, comme dans les autres sites de l'Indus, une division de la ville en deux parties que l'on nomme traditionnellement la citadelle ou ville haute et la ville basse. Les constructions sont faites de bois durci au feu, de briques séchées au soleil, communes en Mésopotamie ou cuites au four, une caractéristique de l'Indus qui assurait une plus grande longévité aux bâtiments. Ces dernières suivaient les normes de dimensions standardisées de la civilisation de l'Indus, la largeur du double de la hauteur, la longueur du double de la largeur.

On estime généralement la population de la ville à 40 000 personnes. Les fouilles ont révélé, outre les maisons d'habitation comportant souvent une salle de bain, des latrine, un système de drainage des eaux usées, un confort probablement inventé par cette civilisation, ainsi que des greniers.

Lors des fouilles, de nombreux squelettes ont été retrouvés éparpillés dans les rues. Certains se tenaient la main, tous sont simplement couchés dans les rues, sans sépulture, comme si ils avaient été tués instantanément.

L'âge des squelettes est estimé à plusieurs milliers d'années. On pourra noté que les squelettes sont intacts, qu'ils n'ont pas été dévoré par les animaux et qu'il n'y a pas de cause apparente physique de décès violent. Toutefois le taux de radioactivité des squelettes et des environs est tellement élevé qu'il égale le taux des villes d'Hiroshima et de Nagasaki.

Des savants soviétiques ont trouvé un squelette qui avait un taux de radioactivité 50 fois supérieur à la normale.

De ce fait, de nombreuses personnes soupçonnent une explosion nucléaire de grande ampleur au dessus de cette ville, mais aussi de bien d'autres qui se trouvent entre le Gange et les montagnes de Rajmahal, qui montrent des signes d'exposition à une chaleur intense.

D'énormes masses de murs et les fondations de l'ancienne ville ont fusionnés et sont littéralement vitrifié. La chaleur pour faire fondre la pierre ou l'argile doit être d'au moins 1200°C. Cette température ne peut être atteinte naturellement, et la seule chose qui peut expliquer une telle élévation de

température est une explosion d'origine nucléaire.

La datation au carbone 14 a permis d'estimer l'âge des squelettes à environ 2500 avant JC. Toutefois les squelettes ayant été irradiés, la datation est faussée. Les radiations font paraître les squelettes beaucoup plus jeune qu'ils ne le sont, de plusieurs milliers d'années.

On trouve dans le Mahabharata (livre sacré de l'inde qui relate une guerre très ancienne dans laquelle les dieux se mêlent aux hommes) la description d'une arme qui pourrait s'apparenter à une bombe nucléaire  :

«  Un projectile unique chargé de toute la puissance de l'univers … Une colonne incandescente de fumée et de flammes aussi lumineuses que 10000 soleils, montait dans toute sa splendeur … c'était une arme inconnue, un éclair de fer, un gigantesque messager de la mort qui a réduit en cendre une race entière … Les cadavres ont été si brûlés qu'ils étaient méconnaissables … Les cheveux et les ongles tombaient, les poteries cassaient sans raison apparente, et les oiseaux devenaient blancs … Après quelques heures, tous les aliments étaient contaminés. Pour échapper à ce feu les soldats se sont jetés dans la rivière.  »

Ce récit très ancien, décrit très précisément une explosion nucléaire et tous ses effets post-explosion, pourtant nous sommes plusieurs milliers d'années avant notre ère et très loin de la première bombe fabriquée par l'homme.

Dans ce récit, les dieux venant du ciel, vivent au milieu des hommes et participent à la guerre. Ils usent d'armes extraordinaires pour l'époque, mais qui peuvent être comparées à nos armes modernes. Ainsi beaucoup pensent que ce récit n'est pas un simple poème, qu'il contient des faits historiques mettant en scène des temps reculés durant lesquels des êtres évolués sont venus sur terre, ont vécu au milieu des hommes et ont fait usage de leur technologie avancée lors d'une grande guerre. Les restes de la cité de Mohenjo-daro viennent appuyer cette thèse.

LES RUINES DE LA VALLEE DE LA MORT (CALIFORNIE)

Vallée de la mort (Californie)
Vallée de la mort (Californie)

En 1850, l’explorateur américain Capitaine Ives William Walker fut le premier à découvrir certaines de ces ruines situées dans la Vallée de la Mort. Il vit une cité d’environ 1.600 m de long où les traces des rues et l’emplacement des bâtiments apparaissaient encore clairement. Au centre il vit un gros rocher, de 6 à 9 m de haut, surmonté d’une énorme structure. Du côté sud, la construction et le rocher étaient tous deux vitrifiés. Walker attribua cela à un volcan, mais il n’y en a aucun dans les environs. En plus, la chaleur tectonique n’aurait pu liquéfier à ce point la roche. A ce jour rien ne nous permet de connaître l'origine de cette vitrification, mais on notera les similarités avec les deux cités précédentes.

AUTRES ZONES DU MONDE 

- Le désert de Gobi est recouvert de sable vitrifié à côté du lac de Lob Nor à cause des essais nucléaires Chinois. Cependant, il y a d'autres zones de ce désert qui sont dans le même état depuis des milliers d'années, mais la source de cette vitrification est inconnue.

- Le désert de Mojave est recouvert par endroits par un sable vitrifié dont on ignore l'origine.

- Dans l'ouest de l'Arabie, 28 champs de pierres noircies densément regroupées, comme si elles étaient des restes de villes, ont été retrouvé. Ces champs de pierres, semblent dateraient de l'époque où l'Arabie était une terre luxuriante et fertile, avant qu'elle ne devienne soudainement brûlée et désertique.

- En Turquie, la ville ce Catal Huyukin dans le centre-nord, était une des villes les plus anciennes, mais avait soudainement disparue. Les archéologues ont retrouvé d'épaisses couches de briques qui ont fusionnées sous l'effet d'une chaleur intense. Les squelettes retrouvés, sont dans le même état que ceux de Mohenjo-Daro.

- La grande ziggourat de Babylone, présente des traces de vitrification, de grandes masses de briques ont fondues. Même les rochers près des ruines sont vitrifiés.

- En Syrie, les sites de Alalakh ou Atchana, présentent des signes de chaleur intense, de brûlures et de vitrification.

- La ville de Pierrelate au Gabon, présente des signes de vitrification.

- De nombreuses ruines de forteresses écossaises sont vitrifiées par une chaleur intense.

- En 1947 un sondage archéologique a été mené dans la vallée de l'Euphrate, dans le sud de l'Irak. Les couches atteintes date le l'époque sumérienne et certaines sont composées de verre fondu. Ce verre est identique à celui retrouvé sur le site de Los Alamos (premier test de bombe A).

Devant tant de sites montrant des signes de chaleur intense, de radioactivité, de vitrification, de cités entières détruites soudainement, dont la population semble avoir été victime d'une mort subite, ainsi que les récits relatant les événements qui se sont probablement passés, on peut se poser des questions que la véracité de l'histoire de l'humanité telle que nous la connaissons.

Images

Cartes

Bibliographie