AHRIMAN.FR

SCIENCE - NEO-EVHEMERISME - DONJONSDRAGONS

Les Géoglyphes de Nazca

Ecris par :
Mis en ligne le :
Lu :
1996 fois
Twitter Facebook Google Plus Linkedin email
Nazca
Nazca

Découverts en 1926 au Pérou, les géoglyphes de Nazca sont de grandes figures tracées sur le sol, souvent figuratives, parfois longues de plusieurs kilomètres, qui se trouvent dans le désert. Le sol sur lequel ils se dessinent est couvert de cailloux que l'oxyde de fer a coloré en gris. En les ôtant, les Nazcas ont fait apparaître un sol gypseux plus clair, découpant les contours de leurs images.

Ces géoglyphes sont le fait de la civilisation Nazca, une culture pré-incaïque du Sud du Pérou qui se développa entre 300 av. J.-C. et 800 de notre ère. Ils ont été réalisés entre 400 et 650. Les lignes et géoglyphes de Nazca et de Pampas de Jumana sont inscrits sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco depuis 1994.

Le trapèze de Nazca
Le trapèze de Nazca

Depuis que les lignes de Nazca ont été découvertes, plus d'une théorie a été proposée pour expliquer les traces sur la surface du désert. Le mystère des lignes Nazca est une des énigmes les plus embarrassantes de l'archéologie.

DESCRIPTION

Les Nazcas réalisaient les figures à grande échelle, probablement à l'aide de procédés géométriques simples comme le carroyage. Les pieux retrouvés sur le Grand Rectangle (300 pieux pour ce rectangle de 800  m de long et 100  m de large) semblent confirmer que ces dessins ont été tracés par simple carroyage  : le dessin est quadrillé, puis reporté sur le sol où l'on a pris soin de tirer des cordages qui reproduisent les mêmes carrés à une plus grande échelle.

Les dessins, gravés à la surface de la pampa, prennent la forme d'animaux  : singe, oiseau-mouche (colibri), condor, chien, araignée, orque, héron, pélican. On trouve aussi des figures géométriques  : lignes, spirales, ellipses, trapèzes et triangles.

Le triangle de Nazca
Le triangle de Nazca

On a déjà dénombré plus de 350 dessins distincts. Ils franchissent les ravins, escaladent les collines sans que leur forme ni la rectitude apparente des lignes en soient affectées. La plupart des figures sont constituées d'une seule ligne ne se recoupant jamais.

Le microclimat permet la conservation des lignes, car  :

- le plateau est l'une des régions les plus sèches du monde (trente millimètres de pluie par an)  ;

L
L'araignée

- le sol sans végétation réchauffe fortement l'air (ce qui crée un coussin d'air qui, à son tour, protège les géoglyphes du vent)  ;

- enfin le gypse contenu dans le sol, associé à la faible humidité matinale «  colle  » le sable et la poussière.

Sans sable, ni poussière pour recouvrir la plaine et avec peu de pluie ou de vent pour les éroder, les tracés restent intacts.

Pourquoi ces Géoglyphes  ?

THEORIE 1 : Calendrier astronomique

D'après la mathématicienne allemande Maria Reiche, qui a consacré la majeure partie de sa vie à l'étude archéologique et à la préservation du site, les géoglyphes formeraient un immense calendrier astronomique, dont les lignes pointent vers des étoiles remarquables ou des constellations.

Cette théorie fut contestée en 1968 par l'astrophysicien américain Gérald Hawkins, d'après les recherches qu'il avait réalisées en se fondant sur des calculs informatiques. En reconstituant la carte du ciel telle qu'elle était à l'époque des Nazca, il affirma avoir démontré que 80  % des géoglyphes n'avaient aucune relation avec les constellations importantes.

THEORIE 2 : Zone artisanale de tisserands

Le cosmonaute ou le gris
Le cosmonaute ou le gris

Henri Stierlin a émis en 1983 l'idée que les lignes servaient à préparer les fils de trame et de chaîne des tissus mortuaires retrouvés dans les tombes de Nazca. Ces tissus ont en effet la particularité d'être tissés de fils d'un seul tenant. Or pour préparer de manière artisanale de tels fils, il faut une ligne droite du double de la longueur pour permettre le tordage puis le repliage du fil sur lui-même.

Le chien
Le chien

Ces lignes de travail se sont superposées de manière anarchique au fil des siècles.

THEORIE 3  : Site rituel

Les figures ont été associées au chamanisme. La plupart d'entre elles se trouvent près de sites préhistoriques d’art rupestre qui présentent des images similaires, mais à une plus petite échelle. Les chamans prenaient des substances hallucinogènes qui leur permettaient de voir leur animal-pouvoir, une pratique courante en Amérique du Sud et particulièrement en Amazonie.

THEORIE 4  : Faire revenir les dieux

Pourquoi avoir fait d'immenses dessins qui ne peuvent être vu que depuis les airs  ?

Pourquoi avoir fait des lignes de plusieurs kilomètres de long et parfaitement planes?

Cherchons des réponses dans les légendes et la mythologie locales.

Carte des géoglyphes de Nazca
Carte des géoglyphes de Nazca

Le symbole du trident du dieu Viracocha, seigneur de Tiahuanacu, qui est également connu sous le nom de "Dieu de l'Orage" apparaît à une faible distance au nord de Nazca, chez les Paracas.

Viracocha est le principal dieu des Incas, dieu créateur, roi de la foudre et des tempêtes. Il est parfois représenté comme un vieil homme portant une barbe (symbole du dieu de l'eau), une longue robe et transportant un sac.

Viracocha aurait créé l'humanité, mais sa première création lui aurait déplu, alors il la détruisit dans un déluge et la recréa, en mieux en modelant des statues d'argile et en leur insufflant la vie. Après avoir instruit ses créations (langues, arts, artisanats, connaissances...), et les avoir civilisées, il les dispersa dans les différents continents où ils vivraient dès lors (ce récit est retrouvé dans différentes autres religions à travers le monde, seul le nom du dieu change). Plus tard il revint avec ses assistants pour vérifier que ses instructions étaient bien suivies.

Viracocha existe dans une multitude de civilisations pré-européennes d'Amérique du Sud et Centrale. Selon les différentes légendes de ces peuples, ce personnage aurait été de grande taille, de peau claire, avec une longue barbe et une grande toge, d'un style similaire à un moine. Il aurait suivi une route allant du Nord vers le Sud, civilisant suivant ces légendes les différents peuples qui se trouvaient sur son passage et leur donnant des valeurs et des techniques, les faisant passer du statut de sauvage à celui d'homme civilisé. Viracocha se présentait comme étant le fils du soleil.

Le condor
Le condor

Pour différentes raisons, il changeait de lieu, continuant sa route vers le Sud, jusqu'à quitter définitivement le continent américain sur un vaisseau (bateau ou autre chose  ?) partant vers l'ouest et la Polynésie.

Les différentes légendes concordent au niveau des qualités de Viracocha et de l'autorité naturelle qu'elles lui conféraient. Cette divinité porte différents noms en fonction des différents peuples, Viracocha, Quetzacoatl, Con, Tici..., mais garde ses attributs essentiels de fondateur de la civilisation.

Ce dieu serait l'artiste initial de Nazca. Il aurait utiliser un appareil dirigeant un faisceau dans la plaine désertique.

La théorie voudrait que lorsque le dieu parti dans son vaisseau, les Nazcas auraient dessiné ces immenses géoglyphes devant être vus du ciel afin que Viracocha revienne (cela sous entend que le dieu venait du ciel, ce qui est un point commun à l'ensemble des religions).

Si ces légendes sont fondées, les Nazcas auraient bel et bien réalisé les dessins et ce dans le but de faire signe à leur dieu afin qu'il revienne. Cependant, qu'en est-il de ces lignes et de ces triangles parfaits tracés dans le désert et par dessus les reliefs sans aucune déviation  ?

Le singe
Le singe

Si l'on se tient toujours à la légende, ces figures auraient étaient tracées par Viracocha lui même.

Des scientifiques de l'université de Dresden ont fait différentes mesures sur ces lignes. Il s'avère que que le champ magnétique est perturbé et que la conductivité du sol est 8000 fois supérieur sur les lignes.

Si l'on s'intéresse de plus près au sol, on trouve en grande quantité de nombreux matériaux tels que les nitrates pouvant être utilisés dans des systèmes de propulsion moderne ou des explosif. Ces matériaux n'étaient d'aucune utilité aux Nazcas.

En tenant compte de ces divers élément, beaucoup en concluent que Viracocha était un extra-terrestre venu sur terre, qu'il aurait modifié génétiquement à deux reprise l'espèce humaine et lui aurait enseigné de nombreuses connaissances. Il serait à l'origine des lignes de Nazca, mais lorsque celui-ci parti, les Nazcas souhaitant son retour, ils ont réalisé ces immenses dessins à son attention.

Quoi qu'ils en soit, Les lignes de Nazca gardent leur secret et continuent d'attiré les archéologues et scientifiques.

Images

Cartes

Bibliographie